mardi 19 février 2008

Discussions sur le coût de la CAM

Je partage avec vous une correspondance avec la direction des communications de la Ville de Montréal au sujet de l'augmentation du prix de la CAM.

10 janvier 2008
Cher M. Tremblay
Lorsque j'ai entendu à la radio que les frais de transport en commun augmenteraient encore en janvier 2008, je me suis dit : «alors là, quelle belle stratégie environnementale !». Après avoir passer quelques jours à Paris où les trains arrivent et partent à l'heure, où le métro vous mène à moins d'un coin de rue de n'importe quelle destination et ce pour 1.5E, je constate encore une fois que nos politiciens n'ont aucune vision réelle de la situation de l'environnement et que lorsqu'ils en parlent ce n'est que du vide. Je ne sais pas non plus quels imbéciles vous ont vendu l'idée de construire cette insignifiante piste cyclable entre Bérri et Green, mais ça prouve que cette personne ne fait jamais de vélo à Montréal. (Ce sont des gens en habits et en tailleurs qui transitent sur cet axe du centre-ville) en plus d'être très peu utilisée, cette piste congestionne complètement le centre-ville et toutes ces voitures immobilisées polluent encore plus qu'avant.
M. Tremblay j'ai parfois vraiment honte d'être montréalais.
Sylvain Allard


Le 12 février 2008
Monsieur,
Dans votre courriel du 10 janvier 2008, vous semblez faire un lien direct entre l’atteinte de nos objectifs environnementaux et la décision de la STM d’augmenter légèrement les coûts d’utilisation du transport en commun. Je serais d’accord avec vous si le montant de l’augmentation était tellement grand qu’il empêcherait certains usagers de l’utiliser. Or, nous parlons ici d’une augmentation de 1,9 %. Même avec cette augmentation, il s’agit de l’un des tarifs les plus bas en Amérique du Nord.

De plus, je vous informe que nous investirons, en 2008, un montant de 310 M$ pour la STM, soit un montant record. Jamais une administration municipale n’a investi autant dans le transport en commun. L’objectif est d’accroître l’achalandage de 8 % d’ici 2001. Par contre, la réalisation de cet objectif implique toutefois un accroissement de l’offre de service de 16% durant les quatre prochaines années. La STM compte aussi augmenter la fréquence du métro en dehors des heures de pointe et accroître le nombre de ses autobus.

Dans votre courriel, vous vous opposez au développement du réseau des pistes cyclables (boulevard de Maisonneuve). Il s’agit de l’une des mesures les plus productives au plan environnemental puisqu’elle ne génère aucune pollution. Un réseau plus complet et mieux aménagé de pistes cyclables encouragera les personnes à utiliser leurs bicyclettes pour se rendre à leur travail, en plus de contribuer efficacement à réduire l’usage de l’automobile.

Soyez assuré que la stratégie de notre Administration au chapitre de la sauvegarde de notre environnement vise à faire de Montréal une ville modèle dans le monde.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
Richard Thériault
Directeur de l’administration et des communications


Le 19 février 2008
Cher M. Thériault
D’abord, merci d’avoir pris le temps de répondre à ma lettre.

Pour faire suite à votre réponse, je fais effectivement un lien direct entre le prix du transport en commun et les atteintes d’objectifs environnementaux.
Le transport en commun doit répondre aux problématiques de transport très avantageusement par rapport à la voiture si on veut être sérieux. Or, si vous additionnez le prix des cartes CAM d’une famille de 4 personnes aux inconvénients innombrables de notre système actuel de transport (délais, véhicules bondés, grèves, manque de courtoisie des employés, etc.) vous êtes de plus en plus loin du compte je suis désolé.

À ce sujet, la différence doit être significative pour que les gens abandonnent leurs habitudes. De plus, l’augmentation de 1,9 % serait peut-être acceptable si elle ne suivait pas de près plusieurs autres augmentations les années précédentes.

Pour ce qui est de vos investissements de cette année, je dis bravo, c’est une bonne nouvelle. Mais dois-je vous rappeler cependant que c’est pour ça qu’on paie des taxes et Dieu sait comment elles sont élevées (nous sommes les plus taxés au monde). Nous dire que vous mettez plus d’argent dans les transports cette année confirme que le service n’est pas à la hauteur et sous financé. Là-dessus, on est d’accord.

Pour ce qui est de la ville modèle et bien je crois qu’il est temps que vous compariez Montréal à d’autres villes que celle des États-Unis sinon, on pourrait vous accuser de nivellement par le bas. Les États-Unis sont le pire exemple en matière de transport en commun sauf peut-être Seattle ou quelques exceptions isolées. Si vous voulez vous comparer, comparez-vous à Londres, Melbourne, Paris, Barcelone, Porto.

Contrairement à ce que dit votre réponse, je ne m’oppose aucunement aux pistes cyclables, bien au contraire, je les utilise moi-même régulièrement avec plaisir. C’est très bien pour les personnes qui peuvent le faire et c’est une belle façon de promouvoir la santé et améliorer la qualité de vie de la Ville. Cela dit, si vous pensez que le problème de transport d’une île comme Montréal peut se régler avec des pistes cyclables, je crois qu’il faudra en construire de très grosses et même des superposées pour accommoder tous ces banlieusards qui transitent soir et matin. Veut-on un Montréal essentiellement peuplé de célibataires de 20 à 40 ans en santé et à horaires flexibles? De plus, faut-il rappeler que nous vivons au nord du 45e parallèle? Et les pistes cyclables à -30 Celsius et pendant les 4 mois de neige c’est un peu utopique... Au fait, allez-vous travailler en vélo ces temps-ci, M. Thériault? Dois-je conseiller à ma voisine de 80 ans de s’acheter un vélo de montagne?

Ce dont nous avons besoin à Montréal ce sont des gens qui voient plus loin que les quatre années de leur mandat. Ce que nous voulons c’est un système de transport efficace qui couvre tout le territoire à un prix tellement compétitif que l’idée même de prendre une voiture deviendra inadmissible. Un système de transport qui donne la gratuité aux jeunes, aux étudiants et aux aînés qui en dépendent. Un système de transport qui traite les usagers comme des clients et non comme des bénéficiaires. Et lorsqu’on y sera M. Thériault on pourra espérer peut-être parler de modèle en parlant de Montréal.

Pour le moment, je crois que tout reste à faire ... sauf augmenter les tarifs

Cordialement
Sylvain Allard

1 commentaire:

Anonyme a dit…

ENFIN!

100% en accord. En plus, si je viens de Laval, je dois payer un titre, même avec ma CAM.

Enregistrer un commentaire