mercredi 26 mars 2008

Le chien jappe... le train passe

Pour vous mettre à jour sur la grève à UQAM
POUR: 270
CONTRE: 267
ABSTENTION: 36
MOYENNE: 50,3%
Il y a donc eu 3 voix qui ont décidé pour vous. Attendez, ce n'est pas tout, l'assemblée a refusé le recomptage des votes, ce qui laisse à croire que c'était joué à l'avance et que le comptage avait été bâclé.
À un aussi faible résultat, le recomptage aurait fait preuve de la plus élémentaire démocratie.

La démocratie est un droit qu’il faut savoir mériter.

Pour ceux qui ne sont pas concernés par nos problèmes internes voici une assemblée vraiment sympathique. (rien à voir avec l'emballage)
Merci pour cette trouvaille Christelle

J'oubliais; ceux qui n'ont pas cru bon d'entendre la direction sur ce sujet, voici les explications du recteur sur l'impasse et sur la pertinence de cette grève.

14 commentaires:

Frenchy a dit…

Bonjour, je suis étudiant en design de produits en France et je lis votre blog régulièrement.

Ce n'est pas la première fois que vous évoquez sur ce blog des histoires de conflits et de vote au sein de votre école.

Pourriez-vous, s'il vous plait, expliquer un peu plus en détail de quoi il retourne?

Anonyme a dit…

Tout ça est bien frustrant.

Le président ne veut pas faire de recomptage, de plus il ne voulait pas compter les votes qui aurait permis de faire un recomptage (c'était très très serré). Je ne comprends pas comment on peut s'assurer que le vote est valide dans une assemblée ou on ne voit rien (un bar) et ou les cartons sont rouges, de la même couleur que les murs.

Aussi, comment faire un vote par référendum quand on se fait dire qu'il faut le proposer à la prochaine assemblée, prétextant des difficultés technique (mise en branle du processus) pendant l'actuelle assemblée? La réponse sera la même mardi prochain non?

Et c'est aussi frustrant de se faire dire qu'on ne va pas voter quand ça fait 2 x 4h30 = 9h qu'on va passer dans ce capharnaüm.

Stéphane Champagne

Sylvain Allard a dit…

Frenchy

Il s'agit d'une grève étudiante à l'Université du Québec pour le droit à l'éducation gratuite. Le problème est qu'un poignée d'activistes se sont emparé des assemblées et se permettent des accrocs frauduleux à la démocratie. Ceci dit j'espère que nos histoires internes ne vous embêtent pas trop. Merci pour votre intérêt pour notre blogue.

Sylvain Allard a dit…

Réponse à Stéphane

Saches que j'apprécie la présence de ceux qui s'impliquent Stéphane. J'ai cependant eu l'information que seulement une dizaine de finissants étaient présents à l'assemblée. Ceux-ci sont ceux qui ont le plus à perdre et pourtant. Merci pour ton implication Stéphane. Désolé pour vos frustrations, je suis très navré de tout ça aussi. Saches que j'ai fait des propositions musclées à mon assemblée et malheureusement, je n'ai pas eu de support. Les gens ont malheureusement une pensée plus stratégique qu'idéologique.

Anonyme a dit…

De mon côté, je me demande quels sont nos recours présentement? Pourrait-on se dissocier de notre association facultaire? J'ai parlé avec Élisabeth qui m'a dit que c'était quelque chose de faisable. Reste à savoir maintenant de quelle façon s'y prendre.

Sans vouloir blâmer directement le président, il semble évident qu'il y a des vices et des «trous» dans le code de procédures, et ce de l'avis même du président.

Néanmoins, cette assemblée a mis en évidence les lacunes de ce système dit «démocratique». Quand les étudiants se font dire qu'ils n'ont pas été assez rapide pour se présenter au micro, et qu'à cause de ça on ne peut pas demander de comptage, c'est louche... très louche!

Stéphane

Anonyme a dit…

En effet, tout ça est bien frustrant.

Pour avoir été présente à l'assemblée, je tiens à préciser que beaucoup d'étudiants de design graphique y étaient aussi. Nous ne sommes pas les seuls responsables de ce résultat, le département de design représentant une minorité dans la faculté des arts. Et comme ce n'est pas la majorité des étudiants qui participe aux assemblées, seulement une minorité de la faculté y est représentée.

De plus, après avoir parlé avec d'autres étudiants de design graphique, beaucoup d'entre eux n'ont jamais reçu le courriel les informant de la tenue de cette assemblée. Je crois donc que le manque de volonté d'agir n'est pas le principal problème, mais que l'information se rend difficilement jusqu'à nous. Les étudiants de design étant majoritairement étiquetés dans les assemblées contre cette grève, je me demande parfois si nous ne sommes victimes que de problèmes de logistique...

Nathalie Dubé

Guillaume a dit…

Merci des ces éclaircissements.

Anonyme a dit…

Je vais clarifier ma position dès le départ. Je ne suis ni contre, ni pour. Je vote selon les circonstances. Selon le déroulement de la semaine.

Donc pour en revenir aux faits, l'argument qui prétend que l'information concernant la tenu d'une AG est mal circulé, est biaisé selon moi. Pour quelqu'un qui veut se pointer à une AG, dire qu'ils n'ont reçu aucun courriel, c'est une excuse assez facile pour blâmer certaines personnes. Car on n'a qu'à aller sur le site de l'UQAM pour avoir les dates, les heures et l'endroit.

Pour le recomptage, je trouve de ma position neutre, qu'un recomptage est abérant dans la situation d'hier. Je fais parti de ceux qui ont quitté la salle dès l'annonce du résultat et qui sont revenus. Au moins facilement 100 personnes ont quitté les lieux en laissant trainé leur bulletin de vote ( le carton rouge ) sans le redonner aux membres de l'exécutif... je trouve alors difficile comment le recomptage serait plus valide que le vote précédent, en étant conscient et témoin que plusieurs dizaine de personnes sont allés dans la salle avec ces cartons rouges, sans qu'on est la certitude qu'ils font parti de l'AFÉA.

D'après moi, si on veut que le vote se passe par référendum la semaine prochaine c'est tout de suite qu'il faut aller voir l'exécutif. Car bien sur si on attend à la prochaine assemblée la réponse sera la même. Car il est illogique de proposé comme ça a été faite hier un vote par référendum tout de suite après l'assemblée. On ne peut pas trouver des bulletins de vote, des boites, et des scrutateur pour 2 jours en un claquements de doigts.

Mais en tout les cas, je ne crois pas que c'était joué d'avance, car il aurait pu "bâclé" "encore" une fois les votes.

J'espère juste qu'à la prochaine assemblée, on aura droit à du monde qui auront préparé d'avance ce qu'ils ont à dire. Suis-je le seul à trouver que la moitié des interventions hier étaient improvisés et souvent le fond du message étaient incompréhensibles ( je parle ici des 2 camps ). Quand seulement moins d'une vingtaine de personnes votent pour le mode de référendum, ça veut peut-être dire quelquechose.

Phong

Sylvain Allard a dit…

En tant que professeur je vous avoue que rien de tout ça ne me concerne et ne me regarde sauf en ce qui a trait aux conséquences que tout ça a sur la session et sur le cheminement académique de mes étudiants (tes). Cela dit, j'observe depuis déjà vraiment trop longtemps un raz le bol de la grande majorité des étudiants de design par rapport à cette AFEA qui ne semble pas les écouter et représenter leurs points de vue.

Lorsqu'on se sent mal représenté, on change de représentant.(POINT)

Le seul référendum que je ferais si j'étais étudiant en design serait celui de proposer de quitter cette association et d'en former une plus représentative de votre point de vue.

Une autre action constructive serait de dénoncer ces manœuvres déloyales dans les journaux tout simplement.

Voilà

Anonyme a dit…

Bonjour,
honnêtement je ne sais pas trop quoi penser de ces interventions, je vais a chaque assemblées depuis le début et je ne l'ai jamais appris par un courriel. Je ne crois pas que c'est une bonne excuse de dire que vous n'avez pas reçu le courriel, de plus, la majorité des gens ne regardent jamais leur courriel de l'uqam qui fini par être plein ce qui fait que les nouveaux messages ne s'y rendent pas.

Si les gens veulent se plaindre de la situation, ils devraient être présents aux assemblées. Je crois qu'après 3 semaines on est au courant, peu importe les courriels, qu'il y a des assemblées le mardi.

Pour ce qui est du recomptage, que serait-il arrivé si c'était les votes contre qui avaient été à 3 voies de plus? il aurait fallu recompter encore, mais dans une telle situation, combien de recomptage peut on exiger? Je me pose la question.

Pour le référendum, c'est vrai que les gens qui désirent utiliser ce mode de scrutin devraient aller le demander à l'AFEA avant mardi prochain pour que cette proposition soit déjà incluse dans la prochaine assemblée. Il me parait impossible de préparer tout ça en 30 minutes apres l'assemblée. Pour ce qui est de le proposer à la fin de la dernière assemblée, ce sont les procédures du code utilisé en assemblée qui rendent cette option impossible.

En terminant, si les gens veulent se dissocier de cette association étudiante qu'est l'AFEA, j'espère qu'ils ont une alternative à proposer car à voir les gens qui s'impliquent aux assemblées, nous nous retrouverions sans représentation étudiante face à l'uqam. J'ai aussi de la difficulté à comprendre pourquoi on parle de manœuvres déloyales, à mon avis les procédures ont été respectées. Je suis aussi d'accord que la majorité (3 voies de plus) n'était peut-être pas tant significative, mais je continue à penser que si le vote avait été de 3 voies majoritaires contre la grève, le discours ne serait pas le même.

merci

Alexis Coutu-Marion.

Anonyme a dit…

j'aimerais corriger une de mes phrases, quand je dis: "nous nous retrouverions sans représentation étudiante face à l'uqam" j'aurais du ajouter "face a l'uqam et au gouvernement"

par le fait même, j'aimerais préciser que je ne crois pas non plus que l'uqam et le gouvernement sont nos ennemis...

merci encore

Alexis

Anonyme a dit…

Personnellement, je trouve que les gens sont de bien mauvaise fois. Je suis extrêmement surpris par cette volonté constante de vouloir s'auto-marginalisé. D'où sort cette sensation d'être dupé et pointé du doigt par l'Afea???. Pourquoi est ce que les élèves de design semblent-ils toujours sombrer dans une espèce de paranoïa de la "mise à l'écart" (c'est vrai que de sortir de l'asso semble être une excellente solution pour se démarginalisé!!!!!!). Pourquoi personne ne prend jamais le micro pour exprimer tout ça (a part un élève de design de l'environnement). Comment fait-on pour valider un recomptage, sachant que les résultats du premier vote pourraient fortement influencer le choix pour un deuxième tour. et si le deuxième tour à de nouveau 3 voix d'écart mais dans l'autre sens? est ce qu'on fait 3 manches gagnantes comme pour "roche/papier/ciseaux"?? Est-ce que toutes ces assemblées sont réellement de la perte de temps pour apprendre la politique, la société, la "structure élèctorale", l'importance de notre pouvoir et devoir civique, la discussion…blablabla...? pourtant il me semble que l'on apprend pas mal plus (pardon: au moins autant) de choses là-bas que dans une école.

D'autre part, je trouve que pour poser des commentaires, avis, sensations, opinions, il serait préférable avant d'assister à une de ces assemblés qui me semblent vraiment loin d'être anti-démocratiques. Je ne suis pas sûr non plus que la majorité des gens en design ne se "sentent" pas représentés par l'AFEA. Est-ce que les gens qui veulent en sortir veulent former une asso???? ou rester en "élèctrons" libres marginalisés? On-t-ils le courage, le temps la volonté de s'investir là dedans? ou bien est-ce encore juste un moyen de ne pas s'impliquer et de se trouver une excuse. (je tiens à préciser que je ne porte aucuns jugements sur l'intention de vote de chacun). Tout ceci en tous cas, je pense , illustre assez bien le malaise social dans lequel notre génération évolue. Mais c'est bien, car le mot "évolue" est sans doutes pas mal plus important que tout le reste..


Pour ce qui est des modes de scrutins, cela à été trés longuement discuté en assemblée et voté!!!!

florian P

Sylvain Allard a dit…

Je suis content de voir que mon message a fait autant réagir. J'en suis très heureux parce que si l’on parle de démocratie telle que les Grecques la concevaient, le forum de discussion était à la base de celle-ci.

Anonyme a dit…

Salut,

pour répondre peut-être aux interrogations
de certains, oui il est est possible de se dissocier
de l'AFÉA, ou en tout cas de décider que cette association de nous représente pas.
Un vote des étudiants du programme serait considéré comme 'légal".

(Le droit de libre association est un article de la charte des droits de l'homme.)

Et par déduction il serait possible de former tout genre d'association pro-anti-quoique ce soit. Et chacun peut décider d'être représenté ou non par ces associations.

Si il y a une volonté face à une dissociation pour
former notre propre association, comme science politique
à fait en se dissociation de droit.
Je ne crois pas qu'en pleine grève soit le bon moment.
C'est une décision qui ne doit pas nécéssairement être
prise sur un coup de tête.

Il faudrait discuter des enjeux réel que cela représente, de quel type d'association nous voudrions si tel était le cas, etc ...
et pas seulement de son impact immédiat sur la grève.

Et présentement, l'AFÉA nous représente, donc il faut être présent aux assemblées
pour faire valoir ses principes.

Élisabeth

Enregistrer un commentaire