dimanche 8 juin 2008

Ode à l’inconscience | Grand Prix de Montréal


Photo d'archives Reuters
Ce weekend se déroulait le Grand Prix de l’inconscience écologique et de l’arrogance d’une industrie irresponsable et opulente. Je parle bien sûr du Grand Prix de F1 de Montréal.

Le moteur à explosion a été inventé par François Isaac de Rivaz en 1807 et est depuis, la seule technologie encore utilisée pour l’automobile depuis 201 ans si on met de côté les quelques très récents modèles hybrides qui malgré tout utilisent le moteur à essence comme principale force motrice.

Ce point étant établi, il faut constater que, malgré les apparences, très peu de choses ont évolué dans le domaine de l’automobile depuis 200 ans. Il est même flagrant qu’en comparaison de tous les autres moyens de transport, la voiture est de loin celle qui a le moins évolué. Pensez aux trains, aux avions, aux vélos et on doit constater que l’automobile a un piètre résultat. Ce qui est aussi frappant, c’est que malgré l’extraordinaire développement commercial l'automobile, nous en sommes encore à de bien mauvaises performances sur le plan de l’efficacité énergétique. Bien sûr les F1 roulent à des vitesses impressionnantes, mais à quel coût environnemental?

Si on prétend que la F1 est une vitrine technologique pour l’automobile, je ne voudrais pas faire partie d’une équipe avec d’aussi piètres résultats. Sachez que la vitesse maximale atteinte en F1 n’est que de 372,6 km/h avec un niveau de décibel disproportionné, une consommation d’essence hors contrôle et une sécurité très moyenne. C’est ça la grande technologie? Faut-il rappeler que la navette spatiale malgré ses 590000 livres file à 28000 km/h avec comme carburant de l’hydrogène. Faut-il aussi rappeler le record de vitesse du TGV (électrique) français à 574.8 km/heure le 3 avril 2007.

Le Grand Prix de Formule 1 n’a rien à voir avec une vitrine technologique. Elle est une vitrine pour l’industrie de l’automobile et les pétrolières qui espèrent faire oublier leur manque de vision et de respect pour l’environnement en proposant des sensations de performance qui se manifestent beaucoup plus dans les ventes d’automobiles et d’essence que sur la piste. Il s’agit en fait d’une super farce commerciale dont les seuls dupes sont des amateurs de «chars» englués dans une perception nostalgique de l’automobile; bruyante, lourde et grossière.

À moins d’avoir subit une lobotomie commerciale, comment peut-on consciemment cautionner un événement aussi inconséquent face aux problématiques environnementales présentes? Comment nos politiciens peuvent-ils concilier un discours vert avec ce genre d’événement?

En plus d’être devenu le cirque du «char», ce spectacle est aussi une formidable manifestation des valeurs associées à notre sacro-sainte société de consommation et j’ai nommé, l’avoir, l’apparence, la disparité sociale, le superflu, le gaspillage, le sexisme, l’ignorance, la cupidité, et l'individualisme... vous en voulez d'autres?

Pour ce qui est de l’événement sportif, là on atteint le fond de l’insignifiance. Outre le fait indéniable que de piloter un de ses engins demande un talent certain, comment parler de sport. L’athlétisme, le cyclisme, le marathon sont des sports ou encore tout autre activité qui pousse le corps humain à sa limite. D’ailleurs n’y a-t-il pas quelque chose de risible de parler de voitures sport?
Voici un bel exemple de ce que j'appelle du sport : l'ascension du Ventoux à la fin d'un parcours de 200 km.

À quand le jour où les courses de voitures seront basées sur l’efficacité et l’intelligence et que les bolides propulsés à l’hydrogène, à l’énergie solaire ou qui sait à la fission nucléaire, que sais-je, fendront l'air dans un silence total? Alors là j'y serai et dans la première rangée.
Alors à tous les nostalgiques du CO2 je dis; à quand le 21e siècle?

Sylvain Allard

4 commentaires:

  1. Anonyme11:14

    Franchement, le grand prix me frustre énormément, et tout le week-end, je cherchais les mots pour décrire l'ampleur et la gravité de cette stupidité afin de faire valoir mon opinion. Et bien vous venez de les trouver les mots.. Exactement les bons

    Votre article mérite d'être publié à plus grande échelle. À mon humble avis, il mérite la 1ere page de la Presse. Il serait joli à la place de 3 gros bébés tout en blanc, bourrés de logos entrain de se doucher au champagne

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre commentaire.

    Je suis heureux que mon texte vous plaise. J'avoue qu'avec ce commentaire, je suis sorti un peu du monde de l'emballage, sauf peut-être pour ce qui est des bouteilles de champagne sur la photo.

    Mais j'ai une vision holistique des choses et je crois que pour avoir un développement durable et responsable, une société, comme un individu, se doit de faire des choix conséquents.

    Pour moi, le Grand Prix est le miroir de où on en est avec nos valeurs et, ma foi... c'est préoccupant.

    RépondreSupprimer
  3. Brillante démonstration ! On ne peut plus clair. Tellement d’accord avec vous !

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme00:30

    Sans compter que cet événement est plus que profitable pour l'industrie du sexe, au sujet de où nous en sommes avec nos valeurs...

    RépondreSupprimer