dimanche 20 juillet 2008

99 francs | Frédéric Beigbeder


Ce livre n'est pas nouveau, c'est même assez ancien, mais mon dédain pour la pub m'avait toujours interdit de le lire. Comme je suis en vacances, je me suis laissé aller et je me suis tapé ce livre qui, je dois dire, m'a beaucoup amusé. Je vous invite à le lire. Le film est sorti cet été, mais je ne l'ai pas vu. Je vous laisse ce petit extrait assez représentatif.

«Je suis un publicitaire : eh oui, je pollue l’univers. Je suis le type qui vous vend de la merde. Qui vous fait rêver de ces choses que vous n’aurez jamais Ciel toujours bleu, nanas jamais moches, un bonheur parfait, retouché sur Photoshop. Images léchées, musique dans le vent. Quand, à force d’économie vous réussissez à vous payer une bagnole de vos rêves, celle que j’ai shootée dans ma dernière campagne, je l’aurai déjà démodée. J’ai trois vogues d’avance, et m’arrange toujours pour que vous soyez frustré. Le Glamour, c’est le pays où l’on n’arrive jamais. Je vous drogue à la nouveauté, c’est qu’elle ne reste jamais neuve. Il y a toujours une nouvelle nouveauté pour faire vieillir la précédente. Vous faire baver, tel est mon sacerdoce.
Dans ma profession, personne ne souhaite votre bonheur, parce que les gens heureux ne consomment pas.»
BEIGBEDER, Frédéric, 99 francs, Gallimard Folio, Édition Grasset et Fasquelle, Paris 2000 ISBN 978-2-07-031573-4

3 commentaires:

  1. Anonyme19:06

    ohhhhh Sylvain. Ça c'est un roman culte. Aussi, Beigbeder, c'est un ancien publicitaire, c'est encore plus vrai que vrai. Et, malgré les exagérations joussives du roman, on est pas si loin de la réalité...

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que je me suis bien amusé. Il y a de ces trucs comme ça qui nous passe sous le nez...

    RépondreSupprimer
  3. la citation de la fin est top - il y a des années que je veux faire un manifeste, SAM, Socially acceptable marketing, mais j'ai trop peur de me faire tapper dessus par les publicitaires.

    De lire cette entrée me fais du bien.

    Et je me dis que je dois être heureuse, car je consomme de moins en moins. Pus de temps perdu à magaziner, à regarder la télé, les magazines, écouter la radio, moins de temps sur le web - je suis hyper selective, car cette polution invisible est belle et bien présente.

    j'arrête ici, je pourrais en parler pendant des heures...

    RépondreSupprimer