vendredi 8 août 2008

Lait | Marc Praquin

Et si on avait de beaux contenants de lait... Enfin on peut rêver !

What if all the milk cartons would be nice. Yeah dream on!

6 commentaires:

  1. vanessa08:31

    j'adore la simplicité! c'est si beau!

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi je trouve ça magnifique,
    mais... ce n'est pas juste illisible en rayon ???
    Ce pack vient de quel pays ?
    Parce qu'en France, j'ai peur que ça ne marche pas du tout,
    et c'est bien dommage !

    RépondreSupprimer
  3. Et pourquoi ça ne fonctionnerait pas en France Damien?

    RépondreSupprimer
  4. Tout d'abord, il n'y a pas écrit «lait» en gros et bleu...
    je rigole, mais je suis pas loin de la réalité finalement.
    L'aspect final du pack fait luxe, et dieu c'est que les Français
    se méfient du luxe (dans l'univers de la bouffe).
    Ça marchera surement du tonnerre à la grande épicerie de paris.
    Mais dans mon petit bled du Lot-et-Garonne, je reste sceptique.
    J'imagine mal ce pack dans toutes les grandes surfaces.

    Par exemple, le pack Skip avec la tache multicolore (le Splat),
    que je sache, ça a été conceptualisé en France,
    ça a gagné même un prix (Desgrippes Gobé),
    mais ce n’est pas sorti en France, mais au Brésil, pourquoi?...
    (Depuis, le temps, ça a dû arriver en France quand même)

    Je veux juste dire qu’au niveau grande conso, je trouve que l’on est assez frileux.
    (toi même tu dit dans ton commentaire "on peut rêver"...)

    Après, je ne suis pas un spécialiste et peut-être que ce n'est pas le but
    (d'être dans toutes les grandes surfaces).
    Peux-tu nous en dire un peu plus ? Qui l'a fait, pour qui pour OU ???

    RépondreSupprimer
  5. POur bien répondre à ton commentaire Damien, il faudrait que je te réfère à un post d'il y a quelques mois http://packaginguqam.blogspot.com/2008/06/le-marketing-lart-de-la-sduction.html
    Ça résume la problématique.

    Pour ce qui est des grandes surfaces, le problème est similaire ici au Québec. Les contenants de lait par exemple sont en compétition en ce qui concerne leur laideur. Le point est que c'est la différence qui démarque, pas l'homogénéité. Il faut éduquer la clientèle et la faire cheminer. C'est une vision du commerce que les gens de marketing ne considèrent malheureusement pas.

    RépondreSupprimer
  6. ça fait peu de temps que je me suis abonné à ton blog (bravo d'ailleurs)
    Je n'ai pas vu tous les anciens post.
    Merci donc de me soumettre quelques infos.
    Je crois que l'on touche un point très important : éduquer la clientèle !
    Je ne sais pas du tout comment faire pour les éduquer.
    Leur imposer des packs qui les changent trop de leurs habitudes...
    c'est un peu violent pour eux - il faut le reconnaitre.

    Et à la fois, je ne vois pas comment les amener (au peu) d'expositions sur le design.
    Dans mon domaine, je souffre cruellement même avec des commerciaux d'agence.
    Alors parfois avec les clients en direct...

    Je suis d’accord avec le fait que les graphistes sont responsables de leurs images,
    mais on se sent bien seul.
    En France, c'est le ministère de la Culture et de la communication
    qui doit se charger de promouvoir le design
    Il y a aussi quelques syndicats (avec peu d’adhérents)
    qui se battent contre des moulins à vent ! Alors, promouvoir le secteur...
    on verra plus tard (un peu comme les contraintes d’impressions ;-) )

    RépondreSupprimer