mardi 25 novembre 2008

Pentawards 2008

Les gagnants de Pentawards 2008 ont été dévoilés.
Bravo aux gagnants !
The Pantawards 2008 winners have been revealed today. Congratulation to all winners!

DIAMOND - BEST OF THE SHOW 2008 : Piper Heidsieck
Rosé Sauvage by Viktor and Rolf
Design : Sleever International Oh là là... les mots me manquent ! «Oh my god» she said.



PLATINUM - BEST OF THE CATEGORY BEVERAGES:
Coca-Cola Aluminium Bottle
Design : Turner Duckworth Superbe ! Very nice !



GOLD - BEVERAGES
Soft drinks & juices : Gloji
Amusant ! Funny !


Voici mes quelques coups de cœur parmi le trop grand nombre de gagnants.
Among too many winners, here are my favorites

GOLD - FOOD

Distributors/retailers own brands : Waitrose Herbs
Design : Lewis Moberly
J'adore ! I love it !



SILVER - FOOD
Soups & ready-to-eat dishes : Little Dish
Design : Lewis Moberly

Mignon! So cute !


BRONZE - BEVERAGES
Soft drinks & juices: Jean-Louis Bissardon
Design : Caracas
Très crédible et sans prétention
Very credible and non pretentious



Et dans la catégorie, il était très tard et nous avions tous hâte d'en finir, voici les emballages pour lesquels, j'aurais vraiment besoin d'explications parce que je n'y vois un intérêt que comme contre exemples.
And in the "pinch me, I must be having a nightmare" and the "oh my god they were all drunk at that time" categories... Here, I sure would need some explanations, because they could all qualify as the «what not to do in packaging» as far as I am concern.


Je ne peux m'empêcher de souligner que ce concours qui se veut LE concours de design d'emballage international n'a pas encore de catégorie design vert, éco ou responsable.

I would like to underline that, despite the fact Pentawards pretends to be THE world packaging design award, they still don't have a "green", "eco" or "sustainable" design category.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Sylvain,

Je suis Jean Jacques Evrard, co-fondateur avec mon épouse Brigitte, des Pentawards.

Je vous remercie d’avoir fait écho, déjà l’an dernier et cette année encore, des Pentawards sur votre excellent blog.

J’avais déjà noté l’an passé votre regret de ne pas voir dans les Pentawards de catégorie réservée aux eco-packs.
Je comprends très bien votre souhait et me dois de vous donner une réponse.

Pentawards a pour but de promouvoir le packaging design créatif, qu’il soit pour des marques “confidentielles” qu’il soit pour des marques de très grande consommation.

Nous avons découpé la compétition en 5 grandes catégories (Beverages, Food, Body, Other markets, Luxury) elles-mêmes regroupant un total de 44 sous catégories.
Le but étant de permettre au jury international de pouvoir comparer des créations issues de marchés comparables pour offrir à des secteurs “mal considérés” une chance d’être remaerqués.

Car notre souhait est aussi de montrer ce qui se fait de mieux dans tous les secteurs afin de permettre à chacun et à chaque marché une évolution vers plus de qualité, plus de créativité. Pentawards étant mondial nous souhaitons, par la diffusion des meilleures créations chaque année, donner au plus grand nombre de designers (et de producteurs, brand’s owners), où qu’ils soient dans le monde, quel que soit le degré de maturité de leur marché, de voir (et donc de s’inspirer) de ce qui est considéré comme le meilleur.

Bien sûr lors du jugement le jury, composé de pro’s du monde entier, prends en compte “naturellement” les données liées à l’écologie mais n’en fait pas sont argument principal.

Vous l’aurez remarqué, les plus hautes récompenses vont à des emballages qui ne sont pas produits en quantités gigantesques, donc leur impact sur l’environnement est relativement faible.

Nous pensons aussi qu’il est préférable de se focaliser sur un point, le nôtre étant la créativité.

Mais nous pensons surtout que pour juger de la qualité réelle des eco-packs, il faut pouvoir le faire chiffres à l’appui. L’emballage lui même n’étant qu’une partie visible de l’iceberg et que les différences au niveau de la maturité du recyclage des emballages sont énormes d’un pays à l’autre.

Nous pensons aussi qu’il y a déjà (et qu’il y en aura de plus en plus) de compétitions dédiées aux écopacks dans lesquelles les emballages sont jugés uniquement sur ce point important et chiffres (bilan global) à l’appui, et par des instances ou jurys hautement spécialisés dans ce domaine.
Nous leur laissons cette tâche importante partant du principe “qui trop embrasse, mal étreint”

Enfin, je suis optimiste et je suis certain que les hommes ont maintenant compris les enjeux écologique et qu’ils seront de plus en plus pris en compte.
Aujourd’hui en Europe, les emballages ne sont plus considérés comme des déchets mais comme de la matière première.

J’espère avoir répondu à votre remarque et reste à votre disposition pour poursuivre cet échange si vous le jugez utile.

Cordialement de Bruxelles,

PENTAWARDS
Jean J. Evrard
Co-President

Sylvain Allard a dit…

Cher Jean et Brigitte
fondateurs de Pentawards

D’abord merci d’avoir pris le temps de m’écrire pour m’exprimer votre point de vue sur votre concours Pentawards. Ensuite, j’aimerais vous féliciter pour cette initiative qu’est ce concours, puisqu’il remplit un besoin important, soit de valoriser la qualité des emballages que nous consommons en les présentant comme des objets de design.


On définit le design comme la rencontre de la forme et de la fonction. Dans tous les champs du design; de l’architecture au design industriel, de l’urbanisme au design d’équipements de transport, le paramètre environnemental s’est ajouté et fait maintenant partie du paradigme de création. Alors quels sont les paramètres de création en emballage? L’emballage doit regrouper, transporter, protéger, séduire et vendre un produit bien sûr, mais ses responsabilités face aux consommateurs, à l’environnement, et aussi aux valeurs véhiculées ne sont-elles pas les nouvelles bases par lesquelles l’emballage doit se définir?

Comme professeur à l’École de design de l’UQAM, j’enseigne à valoriser la créativité, mais surtout à la reconnaître lorsqu’elle est au service de la résolution d’un problème et non dans la création d’un autre. Dans une certaine mesure, rien n’est plus facile que d’être créatif si les contraintes financières commerciales et écologiques sont illimitées. La vraie créativité à mon avis réside justement dans la capacité de créer et d’innover à l’intérieur d’un contexte prenant en compte tous les paramètres. Toujours à mon avis, il ne s’agit pas de savoir si le designer a le génie de penser à telle ou telle création, mais si celle-ci est souhaitable et n’occasionne pas un problème plus grand que son bénéfice.

Il est vrai que l’évaluation d’éco-pack est complexe parce que, sans une analyse complète du cycle de vie, nous sommes potentiellement exposés à des dérives regrettables. Cela dit l’effort et l’engagement dans ce sens constituent déjà un effort louable. Il vaut mieux se tromper en essayant d’offrir ne solution que ne rien faire en faisant partie du problème.

Pour conclure, lorsque les médias me demandent ce qui se fait en éco-conception, je considère que c’est mon rôle comme leader de ma communauté, comme «blogueur», comme professeur en design et comme citoyen, de proposer une vision tournée vers l’avenir et valoriser des gestes positifs et responsables car le cynisme n’est plus un luxe qu’on peut s’offrir en 2008.

Je crois que des concours comme Pentawards sont aussi des leaders d’opinion à leur façon. En établissant des catégories, vous établissez indirectement un commentaire sur ce qu’est l’emballage, comment il se définit.

Je continue à suivre avec intérêt votre concours. Je comprends bien votre point de vue. J’espère que le mien aura su vous intéresser. Je souhaite longue vie à Pentawards. De mon côté, je continue à exercer ma veille critique sur l’emballage.

Très cordialement


Sylvain Allard

Professeur en design
École de design
UQAM

Enregistrer un commentaire