lundi 1 décembre 2008

Annette Freidinger | World packaging Exhibition

Voici comment commençait la conférence Islem Yezza à Pecha Kucha la semaine dernière.
«L'emballage doit être un signe extérieur d'intelligence : intelligence de ceux qui l'ont conçu, de ceux qui l'ont choisi, de ceux qui vont le retenir pour leurs linéaires et du consommateur, qui saura jusqu'au bout assurer sa durée de vie»
Annette Freidinger

«Plus personne aujourd'hui ne met un emballage sur le marché s'il n'a pas été "éco-conçu". On prend en compte le poids, l'épaisseur de l'emballage mais aussi les impacts environnementaux durant la phase de fabrication».
Annette Freidinger

On croirait rêver non? Dois-je vous spécifier qu'il s'agit d'une Européenne? Au Québec et en Amérique du Nord, on est tellement loin de ça, que ça nous parait être de la science-fiction.

Here's how Isalem Yezza's conference started at the Pecha Kucha in Montreal last week:

"Packaging is a material manifestation of the intelligence: the one of those who conceived it, of those who chose to distribute it, of those who will put it on the shelf and of the consumer who will choose it and will assure the completion of its full life cycle."

"Nobody puts a package on the market if it hasn't been eco-conceived. We take consideration for weight, thickness of the material and all the environmental impacts of its fabrication"
Annette Freidinger


Sounds like SI-FI to you? Yeah well, this intelligent lady is obviously talking about Europe here. We North American are not even getting close to even understand the meaning of these statements unfortunately.
via Pakbec (merci Islem !)
Projet réalisé par Julie Bisson dans mon cours d'emballage

.

3 commentaires:

PakBec a dit…

Lors de la conférence que j’ai donnée à Pecha Kucha, j’ai commencé par ces deux citations et j’ai mentionné :
« Je dirai que c’est une vision assez optimiste parce qu’il y a beaucoup à faire notamment au Québec, c’est plutôt un objectif à atteindre. »

Damien a dit…

«Plus personne aujourd'hui ne met un emballage sur le marché s'il n'a pas été "éco-conçu"«

Hou hou hou !
Elle est bien bonne celle-là !
Voulez-vous que je prenne des photos du premier supermarché que je croise ? (je suis français)

Même si on doit reconnaitre une prise de conscience parmi toute la chaîne de la conception à la réalisation, il y a encore un long chemin à faire en France.

Damien a dit…

Pendant que je médisais, voilà ce que j'ai trouvé :
http://www.obdesigner.net/modules/news/article.php?storyid=806

Enregistrer un commentaire