lundi 22 décembre 2008

Noël et suremballage

Il y a quelques jours, mon voisin Manuel m’arrête au passage et me dit : «Yé pensais qué à cause dé la crise économica personne n’aurait mis des décorationes cette année, mais comme tout le monde fait comme d’habitoude, yé décidé de mettre mes ampoules colorées, et toi Sylvain tou fait quoi?» En fait ce que j’ai pensé d’abord c’est, je fais comme d’habitude et je réagis à la dernière minute lorsque la pression devient trop grande du côté de mon fils de 3 ans.

Cela dit et après réflexion, je me suis dit que si les gens voulaient réagir à la crise économique, il fallait au contraire consommer plus que d’habitude, pour stimuler l’économie, mais dans la même pensée, je me dis que l’environnement en souffrirait un bon coup. Et voilà l’éternel débat économie ou écologie… Comme si ça s’opposait. Mais parfois, on pourrait croire. En fait il y a plus dans cette anecdote, il y a le sentiment qui est généralement le mien de me voir comme partie prenante de la situation en agissant conséquemment et en influençant à mon échelle la tendance, ou l’attitude passive exprimée par Manuel d’être extérieur aux évènements et de réagir plutôt qu’agir.

C’est comme avec les emballages de cadeaux. La période des fêtes est la saison championne toute catégorie du sur emballage. Alors… On fait quoi cette année? Comme toujours, pour moi les grands principes demeurent les mêmes (réduire l’utilisation de matière inutile, acheter localement, consommer moins et mieux, achat de biens de qualité, recycler, donner une deuxième vie aux choses, n’acheter que des choses vraiment nécessaires, ne jamais acheter des objets inutiles même pour faire une blague. Pour l’emballage, j’ai quelques principes trouvés sur le site http://life.gaiam.com que je vous traduis ici.
  1. eco-brillance
    Si vous utilisez du métal, choisissez le papier aluminium recyclé.
    Pourquoi ne pas utiliser du raffia comme ruban.
  2. Réutilisation
    Réutiliser les jolis sacs, conserver les jolies boîtes et redonnez l’année suivante. Lorsque les boutiques vous offrent des boîtes-cadeaux utilisez les telles quelles ou refusez-les.
  3. Papier d’emballage
    Utilisez des papiers de deuxième fonction :
    les cartes routières, les veilles bandes dessinées, les affiches inutiles etc. Utilisez votre créativité pour décorer ces papiers.
  4. Emballage intégré
    Faites que votre emballage soit partie intégrante du cadeau. Utilisez un vêtement, une jolie serviette, un mouchoir, un foulard comme emballage.
  5. Papier d'emballage
    Si vous utilisez du papier, choisissez un papier 100% recyclé, imprimé avec des encres à base végétales.
  6. Près de la nature
    Utilisez des décorations et ornementation le plus près de la nature possible, fruits séchés, noix, branches, baies séchées, branche de sapin etc.
  7. Colles
    Évitez le plus possible les colles et rubans gommés qui ne sont pas recyclable.
  8. Éco-concours
    Stimuler votre famille à user de créativité dans leurs emballages par un concours d’éco emballage. Valoriser des échanges et réflexions sur le sujet.
Le principe demeure simple, si vous réduisez, ne serait-ce que de 25% votre consommation de produits d’emballage, passez de belles fêtes en imaginant l’effet d’entraînement de cette pratique sur l’environnement.

Lorsqu'on parle de gestes responsables, la réaction des gens est parfois très défensive, surtout lorsqu'on s'attaque à des traditions «cultes» comme Noël. Pourtant, il ne s'agit pas ici de ne plus faire, mais de mieux faire. De plus, il ne s'agit pas en ce qui me concerne d'une pensée intégriste ou dogmatique, mais plutôt d'une prise de conscience douce et de nouveaux principes à intégrer dans nos habitudes de vie, d'un objectif à atteindre.

Je vous souhaite à tous et toutes de très joyeuses fêtes

A few days ago, I meet Manuel, my Spanish neighbor who was installing his Christmas around the house. Looking at me, he said with a certain amount of guilt « With this economic crisis going on, as a sign of solidarity I thought I was not going to put them, but since everybody are still decorating, why not me? And you Sylvain what are you doing this year?» At first it kind of rang an emergency bell that if I was going to participate in this consumer celebration, it was now or never. My three years old son would certainly appreciate decorations.

Thinking further more, I realized that Manuel’s logic was not the right position to take. In solidarity, on should consume more to make that economic machine running. But at the same time, this economic acceleration would affect the ecology and we would be back again in the eternal opposition between economical versus ecological concerns. This anecdotic story as a little more to it I found. It stroke me how people have different way of perceiving themselves in regards to global problems. For my self, I’ve always as part of the problem, but also part of the solution, meaning that my actions at their scale have a relative but certain impact on the whole situation: if not from a measurable result point of view at least for the micro-social influence it could generate. Manuel’s approach tends to lean on another conception of our individual role in the society. I would call it the outsider approach. In Manuel’s perception of things, the big problems comes down on us like a god’s malediction and there is nothing we can do about it but obey, hide or complain. He doesn’t see the big picture. He doesn’t realize that the big problem is the addition of individual actions put together. Like the ant in the colony a single change in the path of a single individual could change the story.

It’s like the wrapping nonsense for Christmas; what do we do to avoid this over-packaging nightmare. Well there are things we can do that (at our individual scale) can make a little change. There are basics principles that remain good eco attitude towards almost everything. First, start by reducing the amount of paper, board, laminated material, metallic stuff etc. Buy only good quality products, never buy useless (even for a good joke), recycle and give a second life to old products. I found the site http://life.gaiam.com that propose different basic principles to adopt for a greener Christmas.

  1. Eco-shiniest
    Say “silver bells” without leaving a metallic taste in your mouth. A different twist on recycled paper, recycled aluminum foil adds shiny happiness and closes the loop on recycling. Tie on some colorful raffia or hemp twine or this beguiling recycled silk sari yarn to up the festive factor.
  2. Most re-useful
    Reusable gift bags or shopping bags make an ingenious alternative to gift wrap, and these days they come in all manner of styles, from basic to uber-green to glam. This recycled juice pack tote might be an even bigger hit than the gift inside!
  3. Best “direction”
    Let surplus maps lead the way to sustainable wrapping. These reclaimed New York City subway maps and topographical maps give your package a hip design. Not to mention, they’re educational.
  4. Most appreciated
    Make the wrapping part of the gift! Containers make great no-wrapping-needed packaging: A bucket or watering can is easy to fill with gardening supplies, and a mixing bowl or stockpot makes the perfect package for your favorite cook. And don’t forget soft wrapping paper alternatives that are also great gifts, like
    fair trade scarves, organic cotton baby blankets, and beach towels or organic cotton bath towel. It’ll give them a little hint as to what's inside, but your creative wrapping will get years of use.
  5. Most resourceful
    Banana fiber paper
    turns wasted bark from banana production into a decorative eco-wrapping option. Or opt for tree-less sources of paper, such as 100% recycled paper printed with soy-based inks. Or try these fabric wraps from wrapnatural.com.
  6. Closest to nature
    Some of the best decorations for your gifts can be found in backyards, beaches and fields. Sprigs of berries, branches, shells and pinecones are naturally beautiful and don’t require any manufacturing at all … just a short hike. (Check with authorities before taking pinecones or other specimens from state or national forests or parks.) Or try Real Goods' biodegradable Seed Gift Wrap that's embedded with wildflower seeds. Instead of tossing or recycling it after gifts are opened, just plant it in your garden!
  7. Recycling-friendliest
    Avoid sticky situations at your recycling facility by wrapping your gifts without conventional — often petroleum-based — tape. Not all curbside programs accept wrapping paper. But if yours does, it should be tape-free. Try opting out of tape by making tightly creased folds as you wrap, securing it by tying up the package tightly (in two directions) with natural twine or wool yarn that can be reused.
  8. Most interactive
    If necessity is the mother of invention, competition is the sister of connection! Challenge your family to a little friendly competition — come up with the most inventive, resourceful, brilliant wrapping paper alternative using natural, reusable, recycled or repurposed raw materials. Then before present-opening commences, take a vote on the best idea. Award the winner a white-elephant gift, an extra pecan pie to take home, a spa massage, a restaurant gift card ... use your imagination! The experience will add to the great memories you create together this holiday.

After all, if each and every one of us could only reduce by 25% its’ 2008 Christmas footprint, imagine the impact on the environment. It’s not stopping to do things, but doing them in a different way. It is not a radical, revolutionary, integrist or dogmatic thing, it is just being open to change and integrate new paradigm in our way of life. Just leave stuff for the other generations.
Season’s greetings

vendredi 19 décembre 2008

Krueger| Emmanuelle Boutin

C'est un concept développé par Emmanuelle Boutin dans mon cours d'emballage. Il s'agit d'un duo pack promotionnel pour deux bière. La bière vient dans une canette qui devient un verre et peut être conservé pour les futures consommations.

This was developed in my class my Emmanuelle Boutin for a promotional duo pack for Krueger beer. Tear off the caps and you get your beer served in a nice reusable stainless glass that you will reuse as much as you like.

Censure | censorship? is this Web 2.0?

Si le Web est un formidable lieu d'échange d'information, mais aussi de points de vue. Je dois vous dire que certains blog d'emballage exercent une censure assez incroyable pour tout ce qui remettrait en question certains de leurs commentaires. À chaque jour, il va sans dire que je visite avec intérêt les autres blogs sur l'emballage et donne mon opinion parfois lorsque je suis en accord ou en désaccord avec un commentaire. Alors hier je vais sur un blog bien connu et je tombe sur cette image avec cette description qui l'accompagne. En désaccord, j'ai publié un commentaire, mais il semble que mes réactions soient systématiquement censurées. Alors convaincu de la force du Web 2.0 et de l'importance de l'échange des idées, je vous écris mon commentaire que je vous invite à votre tour à commenter. Je vous promets qu'il n'y aura aucune censure.
Alors c'est un bon design ou pas ?

...Their bottle has a nice sculptural shape...

Mon commentaire donc : | My comment :
« Thanks for the post. I hate to rain on your iceberg here, but this bottle is everything but nice or good design. If this is good design, might as well post all the packages you can find at your local grocery store...»

If the blogs and the Web 2.0 is a great way of exchanging ideas and reaching for good information, I must say that a very well known packaging blog is practicing a censorship that shouldn't be on the Web today. I was visiting a blog that was posting the above image and comment. I did not agree and, for the benefit of the readers, I thought it would be a good thing to comment. I don't know why, but my comments never get published on that site. Maybe they think they are so right, or maybe they can't live up to their pretension, but I was a little shock by this censorship. So I decided to ask you guys to read my comment and react. I swear you that I will leave all comments published.
So is this nice design or not?

jeudi 18 décembre 2008

Sel et poivre | Jonathan Gauvin

Ce concept développé par Jonathan Gauvin dans mon cours d'emballage il y a quelques années continue à me réjouir par son élégance et son intelligence. La beauté de la forme, la simplicité du graphisme et l'économie de moyen de ces emballages devrait être une inspiration pour l'industrie qui semble parfois perdre de vue ces principes élémentaires. Avez-vous remarqué les lettres (S+P) dans la trame?

Because of its elegance and its intelligence, this concept developed by Jonathan Gauvin in my packaging class is a perfect example of the essence of what is good design: a perfect combination of form and function, the elegance of pure shapes, the simplicity of the graphic message. It could be an inspiration for the whole packaging industry. Have you noticed the big letters (S+P) in the pattern?

WIDEX | Mads Jakob Poulsen

Dans le même esprit que le livre Made You Look de Stefan Sagmeister, le designer danois Mads Jakob Poulsen joue de façon très habile avec la jaquette de l'emballage pour appareils auditifs. Le dessin exprimant l'onde sonore est vraiment intéressant et très interactif. Ce travail s'est mérité plusieurs prix internationaux.

This package for hearing aid designed by Danish designer Mads Jakob Poulsen reminded me a bit of Stefan Sagmeister’s book Made you look because of its use of plastic sleeve revealing a hidden image. The sound wave image is very interesting and interactive too. This beautiful package won many international awards.

mercredi 17 décembre 2008

enric aguilera | la passion de la barre codée

J'ai toujours été frappé par l'intérêt que suscite la barre codée pour le designer graphique. Dans tous les projets d'emballages que je propose à mes étudiants, le seul élément sur lequel je n'ai jamais à insister, c'est la barre codée. Celle-ci, il faut bien le dire, est un incontournable de la commercialisation. Mais elle exerce aussi une fascination pour le designer parce qu'elle est à la fois visuellement intéressante sur le plan graphique mais aussi gênante par la place qu'elle occupe. Alors jusque-là rien de nouveau car croyez- moi, j'en ai vu des centaines de concepts à partir de barres codées. Cela dit, je viens de découvrir le travail du designer Catalan Enric Aguilera qui revisite ici la barre comme identité pour DeliShop, mais d'une façon complètement assumée et, ma foi, très intéressante. Comme quoi, ce n'est pas toujours l'originalité de l'idée autant que la façon de la rendre qui fait une différence.

I’ve always been stroked by the interest given to barcodes by young designers. In all packaging projects given to my students, one of the only elements I don’t have to insist on is the barcode. Of course, that has to be there for commercial reason we know, but it goes beyond that. It is an interesting and strong graphic element. Since we have to deal with it, might as well use it in a playful way instead of just putting it in the corner. Good idea except that it’s noting new and I must have seen hundreds of graphic design concept trying to use code bar as major design element. That being said, I just discovered Enric Aguilera’s work recently for Delishop. I was impressed by the way he managed to play with the barcode in such a nice and fresh way. It just goes to show that sometimes in graphic design not only new ideas are good but also the way it is managed is the essence.

Man in the box | UQAM

Je viens de mettre en ligne les résultats de mes étudiants de première année pour mon projet man in the box. Il s'agissait de représenter des personnages célèbres avec des boites et de la typographie. C'est un projet assez complexe qui oblige les étudiants à discriminer beaucoup d'informations pour n'en retenir que le potentiel formel de la boîte. Cliquez pour visiter

I just published my man in the box project that I proposed to my first year students here at UQAM. The project consists in a transposition of a famous characters into simple black and white typographic boxes. The project is complex and asks for a certain level of abstraction. The students find this project very playful despite its high level of challenge. Visit the exhibition here

mardi 16 décembre 2008

taxi café | simplicité


Joli design pour la ligne de café Taxi. Comme Taxi est une agence de pub, j'imagine qu'il s'agit de leur marque interne, à moins qu'il se soit recyclé en distributeur de café. C'est très joli en tout cas, et une fois de plus «Less is more».

This is a nice design for Taxi coffee. Since Taxi is an add agency, I suppose that this coffee line was designed to be an in house brand; unless they decided to quit the publicity world for a totally new market. Mind you, I could blame them. Anyway, this design proves once more that "Less is more".

lundi 15 décembre 2008

PLaisir responsable | Sex & Sundhed


Il s'agit d'un concours de design pour une campagne de sensibilisation danoise sur le port du condom. Ce concept gagnant a été créé par Mads Jokob Poulsen et Robert Nagy. J'adore lorsque l'attitude responsable devient ludique. C'est aussi un bel exemle du design d'expérience qu'est le packaging. On peut ponctuer celle-ci dans le temps, ce qui lui confère un pouvoir supplémentaire au print. En effet, on retient beaucoup plus ce qu'on expérimente que ce qu'on a seulement lu.

This was the winning concept by Mads Jokob Poulsen and Robert Nagy for a Danish safe sex campaign. I like when things get playful and still very efficient. It’s a very good example of sequential communication of packages. The experience and the message are tight together. In cognitive psychology, it is known that we retain information a lot better when we experiment it.

The Greenbox | Termal management System

The Greenbox est un système de transport des matières périssables qui protège tant les produits du froid que de la chaleur. C'est une solution très économique et écologique puisqu'elle est constituée de matériaux renouvelables, biodégradables, non toxiques, réutilisables et fiables. via packbec

The GREENBOX™ Thermal Management System uses an exacting patent pending combination of phase-change materials to simultaneously protect a product from heat and cold. So, no matter what is happening outside, (hotter or colder ambient temperature) The GREENBOX™ Thermal Management System is capable of absorbing or releasing heat simultaneously. This means there's no more choosing and preparing for "summer" and "winter" profiles. These proprietary and patented phase-change materials are renewable, biodegradable, non-toxic, reusable, reliable and now exclusively available in the GREENBOX™ Thermal Management System.

jeudi 11 décembre 2008

Pangea Organics | suggestion cadeau

Voici une idée qui n'est pas sans me rapeller le projet de Catherine Bourdon chez nous il y a deux ans. IL s'agit d'une boîte cadeau de produit corporels Eco rassemblés dans une emballage cadeau avec tout le nécessaire pour planter une pruche.

Here's a nice gift idea from Pangea Organics. The box of body care products also offers a kit to grow a spuce with the box. It reminds me a lot of Catherine Bourdon's project in my class two years ago.

mercredi 10 décembre 2008

Best Bio Packaging | Call for Entries

Demande de soumission de projets pour une publication au sujet du design d'emballages responsables et verts. Marc Parquin vous invite à soumettre vos projets par courriel seulement team@designanddesign.com Utilisez ce formulaire pdf.

Best Bio Packaging | Call for Entries
Marc Parquin invites you to participate in this project by sending him the best pictures of your conceptsbefore 31 March 2009, exclusively by e-mail to team@designanddesign.com
for more details about this new book, please feel free to contact me."Use this form (PDF)

mardi 9 décembre 2008

Imaginez pour voir | Audrey Dodo

«Nous sommes dans une société de l’image prenant pour norme l’individu bien voyant. Le marketing n’y échappe pas et l’identification d’un produit alimentaire représente pour les personnes déficientes visuelles une difficulté quotidienne. Alternative au braille, très peu pratiqué, "Fermer les yeux pour voir" propose un nouveau langage graphique et tactile qui prend en compte les besoins de l’ensemble de la population : non-voyants, malvoyants et voyants. Fruit d’un partenariat avec le Comité Louis Braille, ce projet s’inscrit dans les attentes réelles du public déficient visuel, un public hétérogène dont les besoins sont mal appréciés dans l’approche marketing actuelle.»"Fermer les yeux pour voir"... En partenariat avec Le Comité Louis Braille

"Doing food shopping, an inescapable moment in our daily life, points out the difficulties of accessing information. Making a food graphic design which involves everyone was sensible, but quite ambitious, considering the diversity of needs. To this point, a valuable improvment is brought, thanks to Audrey DODO’s work, to the packaging itself and accessible tags. Audrey convinced us, and surrounded herself with the Comité Louis Braille partnership. Sight deficient people, captivated by this approach, took part in the definition of difficulties and needs, as in various necessary tests to the project’s development. Congratulations to Audrey DODO for her project which she completed successfully with method and determination, contributing towards comfort in sight deficient people’s daily lives." Christian Cordier, secretary general of "l’Amitié des Déficients Visuels" in Lyon and East center.

Projet "Fermer les yeux pour voir". En partenariat avec le Comité Louis Braille from Audrey DODO on Vimeo.

CH•C•LATE Research facility | Asylum

Je viens de découvrir le studio Asylum à Singapour. Ils ont développé des emballages superbes pour le chocolatier CH•C•LATE Research Facility. Je connaîtrais beaucoup de chercheurs volontaires pour ce centre de recherche. Je vous laisse apprécier.

I just discovered the Studio Asylum in Singapore. They designed fabulous packages for CH•C•LATE Research Facility. It looks like they could easily find researchers for their activities. I want to be a taster researcher! Enjoy!

Recyclage et deuxième vie

Lorsqu'on parle de deuxième vie pour l'emballage, il faut bien le dire, c'est tout un défi. Parfois, les solutions relèvent plus du bricolage et parfois du «bizounage» si vous me permettez cette expression régionale. Très souvent, les solutions nous font sourire, un peu comme lorsqu'on regarde le bricolage d'un enfant enthousiaste. Cela dit, le simple fait de valoriser la matière et de proposer une deuxième utilisation est en soit un geste positif et à valoriser. Je viens de trouver ces expérimentations plutôt sympathiques faite avec des bouteilles de PET. J'avoue que je craque pour la petite tirelire.

It is quite a challenge to find a second life for a package. Sometimes the solutions might look more like hobby or craft than design solutions. Often, the solutions make us smile more than anything. We won’t feel the right to comment, like when an enthusiastic child shows us is awkward piece of art. You don’t want to destroy the drive within the virtuous gesture of trying to invent. But sometimes, you see stuff that is worth sharing. Here are interesting solutions for the second life of PET bottles. I love the bank one.

lundi 8 décembre 2008

Coca-Cola Light | Nathalie Rykiel

Pour fêter ses 20 ans d’existence, Coca-Cola Light vient d’annonce la création d’un partenariat avec Nathalie Rykie.
This is the new Coca-Cola light bottle designed by Nathalie Rickiel to celebrate 20th anniversary of the famous drink. cette bouteille spéciale sera disponible chez Monoprix, au Bon Marché et chez Colette à Paris.

This is the new Coca-Cola light bottle designed by Nathalie Rickiel to celebrate 20th anniversary of the famous drink. The special bottle will be available at Monoprix, au Bon Marché and at Colette in Paris of course.

Jour d'élections au Québec

Si le packaging est une opération de charme et de séduction, on peut facilement faire un parallèle avec la politique. Tout s’articule autour de la promesse. L’emballage nous séduit et est conçu pour fabriquer du rêve. Le nerf de la guerre dans cette séduction, c’est souvent de s’assurer qu’il y a un minimum d’écart entre la promesse et l’expérience du produit. Si le produit est bon mais mal présenté, aucune séduction ne saura s’opérer. Si le produit est connu, mais ne fait que changer l’emballage, un peu de vert à la place du rouge pour paraître plus écolo, il risque de décevoir, surtout si l’expérience demeure inchangée. Il faut aussi se méfier des prétentions non-mesurables, moins de ceci, plus de celà, ces promesses sont souvent difficilement mesurables. Mais la pire que toutes ces options, c’est la boîte vide, celle sans contenu, celle sans promesse, juste le calme plat du néant, celle de l’absence de substance.

Si choisir c’est aussi discriminer, le non-choix c’est abdiquer. Cela dit, l’acte démocratique ne se conclut-il pas par un papier dans une boîte? N’oubliez pas d’aller voter.

vendredi 5 décembre 2008

VOTEZ POUR AMANI | et pourquoi

Je vous invite encore à aller voter pour le concept de Amani Lusignan pour le concours Print. Amani est une étudiante de chez nous qui propose ce concept pour le concours du magazine Print. C'est à mon avis un des meilleur concept jamais soumis. Cliquez et votez

Si vous voulez une autre raison, lisez cet article du Devoir qui relate un fait qui semble avoir échappé à l'intelligence humaine et aux autres médias trop occupés à couvrir les déboire de l'économie.

Avant de partir, Bush fait le ménage des règlements environnementaux
Francoeur, Louis-Gilles
«À 60 jours de sa sortie, le président des États-Unis, George W. Bush, semble s'inspirer de Pulp Fiction pour jouer au «Nettoyeur» environnemental en abolissant une dizaine de règles majeures au profit des pétrolières et des milieux industriels.

Ce douteux «testament idéologique néolibéral», qui provoque de vives réactions au sein de l'administration de son successeur, Barack Obama, vise officiellement à faciliter la tâche des futurs locataires de la Maison-Blanche dont on veut «réduire le fardeau réglementaire» en faisant le travail à leur place...»

I invite you to click on this image and vote for Amanis' concept for the Print cover design contest. Sue is a student in our graphic design program. I see it as one of the best image that was sent to this contest so far.
Click & vote

If you are looking for another good reason to vote for that poster, read this article about Bush's last great legacy:

Bush rushes through 'harmful' environment laws
14:19 03 November 2008 by New Scientist staff and Reuters
"As the US presidential candidates sprint toward the finish line, the Bush administration is also sprinting to enact environmental policy changes before leaving power... full story"

THEODOR | with a «french accent»

Le célèbre salon de thé ouvert au 19e nous présente un «look» très branché. Mon appréciation est inscrite sur la boîte.

The famous French teahouse from the 1800's have a very «branché» look now. My appreciation is written on this first image.

jeudi 4 décembre 2008

Harvey Nichols | Michael Nash Associates

Je sais, je sais, ce n'est pas exactement nouveau. mais lors de mon passage à Londres cet automne, je n'ai pas pu m'empêcher d'apprécier les innombrables variantes de la superbe image de marque privée d'Harvey Nichols. Ici le «Christmas pudding» disponible dans tous les formats. Que dire de la formidable boîte du Pandoro. Pour le pur plaisir du design. Si les anglais n'ont pas inventé la gastronomie, ils savent comment la présenter.

I know, I know, this is not new at all, but you know, sometimes, when I see things like that, it makes me feel that design creates happiness. I saw these packages at Harvey Nichols in London this fall and I couldn’t resist. The whole range of food products there is amazing. Here’s the Christmas pudding available in various sizes and look at that beautiful Pandro Box. If the British People didn’t invent gastronomy, they sure know how to sell it!

mercredi 3 décembre 2008

Splitpack | Altran Pr[i]me

Altran Pr[i]me présente le produit éco-conçu Splitpack à l’occasion de la semaine de la réduction des déchets. Splitpack est un packaging alimentaire de liquide frais développé et breveté par Altran Pr[i]me. Il s’inscrit dans une logique d’innovation technologique appliquée aussi bien aux nouveaux produits qu’aux nouveaux services. Le projet est né d’un constat : le carton utilisé dans les emballages de liquides alimentaires frais est un carton blanchi pelliculé de plastique et recouvert d’encres. Ce produit est donc un hybride typique, au mieux sous-cyclable.

Altran Pr[i]me presents Splitpack an eco-conceived product for the garbage reduction week en France. It is a fresh liquid package developed and patented by the company. It follows the same logic of technological innovation applied for any new product and new services (except in North America). It was based on the fact that the cardboard used in liquid brevegases had to be bleached, doubled with wax or plastic lamination and inked making the recycling impossible.Inspiré par la philosophie du "Cradle to Cradle", Altran Pr[i]me a imaginé un produit qui dissocie la fonction structurelle (le carton) de la fonction étanchéité (le plastique). Splitpack est ainsi composé d’éléments mono-matière facilement séparables et 100% recyclable. Il ne fait pas intervenir de filière de production ou de recyclage spécifique. De plus, cette architecture innovante permet de s’affranchir de colle, d’encres et de bouchon. Splitpack possède ainsi une empreinte écologique 3 à 4 fois inférieure à un pack classique, en conservant une valeur ajoutée équivalente.

Inspired by the Cradle to cradle principle, this concept separates the structure from the waterproof quality. Splitpack is composed of two distinct parts that are recyclable at 100%. It saves the gluing, the inking and the plastic cap. The ecological footprint of Splitpack is then tree to four times inferior to classical packages.

Au delà de l’application aux emballages de liquide frais, Splitpack peut s’appliquer à d’autres secteurs : l’emballage de compost ou de terreau, ou encore l’emballage d’échantillons de parfum, l’emballage cosmétique etc…

As shown on the image above, the concept can be applied to various types of packaging.
Texte et photos OBdesigner via Damien (merci !)

mardi 2 décembre 2008

Récession | design et humour

Voici ce que j'appelle un bon sens de l'humour.
via thedieline.com

Now that's a good sens of humour!

via thedieline.com

lundi 1 décembre 2008

Elliot | la papeterie responsable


Joli concept que celui de la papeterie d’Elliot qui m'a été présenté cet après-midi par Jean-Daniel Petit. L'idée consiste à éliminer l'enveloppe en transformant le papier à lettres. Grâce à un ingénieux système de pliage et de rabats détachables, on forme l'enveloppe à même la feuille et le tour est joué. Parlez-moi d'un exemple de créativité responsable.

I had a nice visit by Jean-Daniel Petit, an ex and future student of mine. He wanted to present me this very clever concept for his new studio stationary. In fact, the concept literally eliminates the envelope. A simple detachable flap system helps the writing paper transforms into an envelope. This is a perfect example of creativity within environmental constraints. Fantastic!

Annette Freidinger | World packaging Exhibition

Voici comment commençait la conférence Islem Yezza à Pecha Kucha la semaine dernière.
«L'emballage doit être un signe extérieur d'intelligence : intelligence de ceux qui l'ont conçu, de ceux qui l'ont choisi, de ceux qui vont le retenir pour leurs linéaires et du consommateur, qui saura jusqu'au bout assurer sa durée de vie»
Annette Freidinger

«Plus personne aujourd'hui ne met un emballage sur le marché s'il n'a pas été "éco-conçu". On prend en compte le poids, l'épaisseur de l'emballage mais aussi les impacts environnementaux durant la phase de fabrication».
Annette Freidinger

On croirait rêver non? Dois-je vous spécifier qu'il s'agit d'une Européenne? Au Québec et en Amérique du Nord, on est tellement loin de ça, que ça nous parait être de la science-fiction.

Here's how Isalem Yezza's conference started at the Pecha Kucha in Montreal last week:

"Packaging is a material manifestation of the intelligence: the one of those who conceived it, of those who chose to distribute it, of those who will put it on the shelf and of the consumer who will choose it and will assure the completion of its full life cycle."

"Nobody puts a package on the market if it hasn't been eco-conceived. We take consideration for weight, thickness of the material and all the environmental impacts of its fabrication"
Annette Freidinger


Sounds like SI-FI to you? Yeah well, this intelligent lady is obviously talking about Europe here. We North American are not even getting close to even understand the meaning of these statements unfortunately.
via Pakbec (merci Islem !)
Projet réalisé par Julie Bisson dans mon cours d'emballage

.

Je déballe, donc je suis | François Cardinal | La Presse

Une pomme unique, dans un emballage de plastique rigide. Un poivron bio, dans une barquette de styromousse, momifiée dans une généreuse couche de pellicule plastique. Quelques croustilles entassées, dans le fond d'un énorme sac d'aluminium.

Trouvez l'erreur...

D'un côté, les centres de tri croulent sous les ordures, le marché des matières recyclables s'effondre, les élus métropolitains exigent un milliard pour «gazéifier» les déchets domestiques, dont ils ne savent plus quoi faire.

Et de l'autre, l'industrie continue de suremballer ses produits, comme si la planète avait arrêté de tourner dans les années 1980.

Il y a là un problème, que l'on ne saurait voir. Pas plus les citoyens, qui prennent à témoin leur bac vert débordant pour exhiber leur sensibilité environnementale, que les gouvernements, qui n'osent tout simplement pas parler de ce sujet tabou qu'est la réduction à la source.

Pourtant, le meilleur déchet n'est pas celui qu'on «valorise», mais bien celui qu'on ne produit pas.

S'il y a crise aujourd'hui, si les centres de tri sont pris depuis trois mois avec d'énormes ballots de matières recyclables qu'ils sont incapables d'écouler, c'est en raison de la crise économique. Mais c'est aussi en raison des quantités phénoménales de déchets que nous produisons et de notre incapacité à confronter le problème d'où il origine.

«La politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008 n'a débouché sur aucune mesure concrète en matière de réduction à la source», faisait récemment remarquer le Front commun pour une gestion écologique des déchets.

Résultat : la population a crû de 6 % au Québec de 1996 à 2006, tandis que la quantité de déchets générés a bondi de 55 %.

Certes, le gouvernement Charest a mis de l'avant des mesures pour réduire la consommation de sacs de plastique, mais il s'agit là de la pointe de l'iceberg : ils ne représentent qu'à peine 2% de l'ensemble des déchets résidentiels, selon Recyc-Québec.

Le problème est donc plus large, et aussi plus encombrant : il s'agit du suremballage.

Les statistiques à cet effet n'existent pas au Québec, mais si l'on se fie à celles recueillies ailleurs en Occident, environ la moitié des déchets domestiques, en volume, sont constitués d'emballages.

Les citoyens peuvent évidemment faire une différence et préférer les produits moins emballés. Mais leur influence réelle restera limitée, comparativement aux gouvernements, qui eux ont le pouvoir d'influencer les producteurs.

Il faut se rappeler que le Canada a ratifié le Protocole national sur l'emballage en 1998, une entente qui a incité l'industrie à réduire de moitié la quantité d'emballages acheminés au dépotoir.

Le problème, c'est que la cible à atteindre avait été fixée en tonnes plutôt qu'en volume : le poids des emballages a ainsi été réduit grâce à l'utilisation de matériaux plus légers, mais sa quantité, elle, n'a cessé d'augmenter depuis.

Pour éviter ce genre d'erreurs, la France s'y est pris autrement, avec des résultats plus probants. Les producteurs ont le choix entre la mise en place d'un système de consigne, la récupération des emballages ou la création d'une société qui a pour mandat de prendre en charge ces emballages.

L'idée est à explorer, au moment où l'on prépare à Québec la politique qui succédera à celle qui vient à échéance le mois prochain. Plutôt que de voler au secours des organismes lorsqu'ils sont en crise, on pelletterait ainsi le problème dans la cour des compagnies qui, après tout, en sont responsable.


François Cardinal
La Presse
28 novembre 2008

glögg Herrgårdsglögg | Designers Journey

Jolie bouteille signée Designers Journey de Oslo.

The white vine glögg Herrgårdsglögg has a nice, almost with summer feel, bottle designed by Oslo based Designers Journey.