jeudi 27 mai 2010

Emballer le cannabis | Laurence Grégoire


Au début du siècle dernier, l'héroïne était vendue librement en pharmacie comme pilule antitussive, contre l’asthme, la diarrhée et même comme somnifère pour enfants. À cette époque, on n’avait pas pris conscience du danger de certains stupéfiants, la plupart des substances connues (opiacés, cocaïne, etc.) étaient alors en vente libre en pharmacie dans la plupart des pays. Ce n’est qu’au milieu du XXe siècle que l’Europe et les États-Unis en interdirent l’utilisation évaluant que les bénéfices réels étaient éclipsés par les inconvénients.

Au Canada un débat existe sur l’utilisation du cannabis pour des fins thérapeutiques. L’effet du cannabis dit-on permet aux grands malades de mieux affrontés la douleur. Rien n’est encore décidé à ce sujet et les valeurs d’une droite moraliste se confrontent avec celles d’une gauche empathique. Mais si le débat allait dans le sens de la légalisation, il faudrait bien développer un contenant, un emballage pour contrôler la distribution de ce nouveau «médicament».

Laurence Grégoire s’est intéressée à cette problématique dans mon cours d’emballage, proposant un emballage de type éprouvette de verre dépoli sur laquelle la structure moléculaire du THC (élément actif) apparaît comme unique graphisme confèrent au produit un caractère scientifique et pharmaceutique.

At the beginning of the twentieth century, heroin was sold freely in pharmacies as pill antitussive, against asthma, diarrhea and even as a sleep aid for children. At that time people were unaware of the dangerous effects of certain drugs (opiates, cocaine, etc..) In the middle of the twentieth century Europe and the United States prohibited the use of theses drugs assessing that the real benefits were overshadowed by the disadvantages.

In Canada there is still a debate going on about the use of cannabis for therapeutic purposes. The effect of cannabis is said to allow patients to better approach to pain. Nothing is decided yet on this issue and the moral values of a right wing are confronted to those empathetic ones of the left wing. But if the debate would lead to cannabis legalization, one should develop a containing package to control the distribution of this new "product".

Laurence Gregory has addressed this issue in my packaging class, conceiving a frosted glass package on which the molecular structure of THC (active ingredient) appears as the only graphics giving the product a scientific and pharmaceutical look.

3 commentaires:

Julien T a dit…

Vous semblez oublier que nous sommes au début du siècle et du XXIe qui plus est . Mais bon chacun avait compris que vous parliez du XXe

Sylvain Allard a dit…

Merci pour cette correction Julien. J'ai vécu trop longtemps au XXe comme vous pouvez voir ;-)

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Enregistrer un commentaire