lundi 19 juillet 2010

Cuba Libre


J’arrive tout juste d’un séjour familial de deux semaines à Cuba et, si certains ne peuvent sortir de leur champ de recherche même en vacances, je vous avoue que ce n’est pas mon cas. D’ailleurs, peut-on trouver un meilleur endroit que Cuba pour prendre congé des emballages et de la surconsommation?
Je l’avoue, j’aime Cuba, malgré tout ce qu’on en pense, la seule idée qu’il puisse y avoir un pays qui choisit de proposer un autre modèle me charme. Mais je ne suis pas dupe et bien que la révolution a assuré l’éducation et la santé, le niveau de vie reste à Cuba bien en deçà du seuil de la pauvreté tel qu’on le définit ici en tout cas.

C’est donc dans le pays du « non-avoir » que j’ai trouvé ces deux petites voitures fabriquées à même les canettes des bières locales. Comme deuxième vie pour l’emballage, c’est pas mal. Ça peut faire penser à ces 150 000 voitures anciennes datant d’avant 1959 et qui parcourent toujours les chemins poussiéreux de Cuba.

I just came back from a two weeks family holiday in Cuba, and while some are unable to leave aside their field of research even on vacation, I assure you that this is not my case and I didn’t think of packaging at all. Mind you, can you find a better place than Cuba to take leave of packaging and over consumption?
I confess, I love Cuba, despite what you may think, the very idea that there may be a country that chooses to propose another model fascinates me. But I am not fooled and if the Revolution has provided education and health, the living standards in Cuba remains way below the poverty line as it is defined here anyway.

It is in the country of Fidel that I found these two small cars made out of cans of famous domestic beer. As a second life for the packaging, not bad isn’t it? It can also remind us of the fascinating 150,000 old cars dating from before 1959 and who still roam the dusty roads of Cuba.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire