mardi 6 juillet 2010

Facebouffe | Audrey Wells



À ce jour, le phénomène Facebook compte plus de 400 millions d’utilisateurs dont 50% sont actifs sur le réseau. Plus de 160 millions d’entreprises y sont aussi. Ne m’y cherchez pas, je n’y suis pas, mais la plupart de mes étudiants y sont et ce réseau est devenu, semble-t-il, un incontournable pour d’entre eux et bien d’autres. Ce phénomène n’est pas sans modifier les rapports humains et modifie substantiellement la frontière du privé et de ce qui est du domaine public.
À certains égards, le phénomène est lié à la consommation de masse et on y consomme les relations jetables et échangeables. Pour réagir à ce phénomène, Audrey Wells a imaginé ces petits carrés de chocolat emballés des portraits tirés aléatoirement de Facebook et leur profil personnel. À l’instar du fameux réseau social, lorsqu’on achète ce chocolat «Facebouffe» on ne sait pas à qui on aura affaire et on pourra combler cette curiosité obsessive de rencontrer des personnages tous plus réels que virtuels.

To date, the Facebook phenomenon has more than 400 million users of which 50% are active on the network. More than 160 million companies are present too. Do not look for me, I'm not there, but most of my students are and the network has become, it seems, a must for them and many others. This phenomenon is not without changing human relationships and substantially modifies the border of privacy and what is public domain.
In some ways, the phenomenon is linked to mass consumption in proposing disposable and exchangeable relationships. To respond to this phenomenon, Audrey Wells has imagined those little chocolate squares packed randomly with Facebook’s portraits and their personal profile. Like the famous social network, when you buy this chocolate "Facebouffe" you do not know who it will matter but you can fill this obsessive curiosity to meet all the characters more virtual than real.

5 commentaires:

Trisakela a dit…

L'idée n'est vraiment pas mal...il fallait y penser et le nom sonne bien je trouve en plus :)

Anonyme a dit…

pas sur que j'ai le goût de servir de mannequin pour mousser un produit que je ne cautionne pas et ce surtout sans rémunération ou va le monde

Sylvain Allard a dit…

C'est justement ça l'idée, le projet questionne la culture Facebook et la fin de la vie privée. C'est un regard ironique sur les relations humaines d'aujourd'hui.

flohey a dit…

C'est vraiment bien pensé! Consommer des profils, bouffer du sucre rapide qui fait son effet qu'une demie-heure et jeter l'image après; en plus trop de tout ça est mauvais pour le corps... du chocolat disons 'social' °XD
J'avoue j'y suis sur facebook, je m'y suis mise pour ne pas avoir l'aller-retour entre le réseau des étudiants français et celui des étudiants allemands. C'est pratique mais je n'y projette pas ma vie et je sais ce que j'y mets. C'est sûr, on oublie tro le mail vers les non-Fessebouckeur et c'est ça le pire! Ce n'est pas l'internet, c'est la numérisation de la vie ou plutôt de ses relations...

Sherry Nash a dit…

The meaning of Packaging Design For A Successful Marketing operation In marketing, another almost magnificent area in the public awareness, packaging is a principal tool for virtually every known form of consumer product.

Enregistrer un commentaire