vendredi 24 septembre 2010

Nespresso | marketing vs écologie


La machine à espresso développée en Italie existe depuis près de 100 ans. L’art du café repose dans une technologie qui permet de capter l’arôme obtenu par percolation sous haute pression.

Depuis quelques années déjà, la multinationale Nestlé propose ce concept de café haut de gamme «Nespresso» pour amateurs d’espresso. Le système propose une machine à pression dont le café est préemballé en dosettes d’aluminium uniques et brevetées. Sur un point de vue marketing, c’est brillant puisque l’usager de cette technologie est captif. En effet, seule la société Nestlé fabrique ces jolies capsules de café.

Alors, quel est l'avantage d'acheter ce produit, me demanderez-vous ? C'est assez simple: d'abord, ces jolis petits contenants métalliques de café sont irrésistibles et les gens font la ligne pour les acheter. Ensuite, en complexifiant le processus du café, l'usager en arrive à croire que le résultat est supérieur à l'expresso traditionnel. Finalement, le fait de ne pas manipuler le marc du café justifie aux yeux des inconditionnels l'achat du système.

Dans les faits, le produit est assez bon, mais, à mon avis, ne rivalise aucunement avec la machine à espresso traditionnelle. Pour moi, le secret dans un bon café espresso est la qualité du café lui-même et non la technologie.

Là où le concept est étonnant, c’est qu'il a été mis en marcher à une époque où on essaie plutôt de réduire l'emballage que de l'augmenter. Il faut bien comprendre que chaque capsule ne peut être utilisée qu'une fois et que , par conséquent, ça fait beaucoup beaucoup de petites capsules d’aluminium qui se retrouvent dans les sites d'enfouissement et qui ne seront jamais absorbées par la nature. De quoi réfléchir...

Cela dit, la compagnie, consciente que ses capsules ne peuvent être traitées par les centres de tri traditionnels, propose un système de décapsulage et de séparation de l'aluminium et du marc de café. Belle initiative proactive me direz-vous? Il faudrait sûrement faire une analyse de cycle de vie. En effet, toutes ces opérations de cueillette, de transport et décapsulage et de refonte de l'aluminium ont un poids carbone possiblement plus élevé que le bénéfice environnemental qu'elles prétendent apporter.

Comment conclure? Disons simplement que je vais rester avec ma bonne vieille machine à espresso standard qui me fait depuis plus de 10 ans déjà un café à la hauteur des attentes d'un bon buveur de café. Le seul résidu de mon café va tout droit dans mon bac à compostage.



The espresso machine was invented in Italy about 100 years ago. The art of coffee lies in a technology that captures the flavor obtained by filtering under high pressure.

For several years now, the multinational Nestle presented "Nespresso"; the premium coffee concept for espresso lovers. The system provides a pressure machine using sealed aluminum coffee pods. From a marketing standpoint, it's brilliant because the user of this technology is captive. Indeed, only Nestlé produces these beautiful coffee capsules.

So what's the advantage of buying this product, will you ask? It's pretty simple: first, these cute little metal coffee containers are compelling, and people are on line to buy them. Also, complicating the process of coffee helps the user comes to believe that the result is probably superior to the traditional espresso. Since one doesn’t have to handle the coffee grounds it might be enough to justify the purchase in the eyes of fans.

In fact, the product is good enough, but in my opinion, nothing can compete with traditional espresso machine. For me, the secret to a good espresso is the quality of the coffee itself and not technology.

Where the concept might be surprising is that it happen at a time when the world try to reduce the packaging rather than increase it. It should be understood that each capsule can be used only once and that, therefore, creates a lot of small aluminum caps that will be found in landfills and will never be absorbed by nature. Food for thoughts ...



That being said, the company recognizing that thoses capsules can't be treated by the traditional sorting and proposes a system for decapping and separating of aluminum and coffee. Very proactive initiative will you say? Well, it would certainly worth making a life cycle analysis for this process. Indeed, all these operations of collecting, transportation, shredding and melting of the aluminum have certainly a serious carbon footprint that is possibly higher than the environmental benefits they claim to make.

Well, I'll stick with my good old standard espresso machine that makes me over 10 years ago at a cafe the expectations of a good coffee drinker. The only residue of my coffee goes straight into my composter.

6 commentaires:

Naya4 a dit…

Enfin quelqu'un qui ose le dire tout haut et l'écrire! Je me suis battue chez mon ancien employeur pour qu'on ne vende pas les capsules nespresso, sans arrivée à grand résultat. Je continue à me battre pour dire que le café, en fait comme pour tout, est une question de goût et non de contenant... Je suis bien contente de voir cette entrée de blog!

Camden a dit…

J'ai vu ces emballages au domicile de mon ami il y a quelques mois... à première vu, je les aie trouvé charmant, mais j'ai bien vite réalisé à quel point le produit avait un des emballages les plus polluants que j'avais vus! En espèrant que cette entrée de blog peut ouvrir les yeux à plusieurs!

Isabelle a dit…

Le même principe que les machines à café Keurig et leur K-Cups. Lorsque je suis arrivée en visite chez mes parents et que j'ai vu ça sur le comptoir, je ne pouvais pas concevoir que des gens puisse acheter une telle machine à café sans remords. Le café est mauvais et dans le cas de la cafetière Keurig, les contenants sont en plastique non recyclable. Tellement polluant, et tout ça, pour que chaque invité puisse profiter de la sorte de café qui l'enchante... ridicule!

Lyne Lefebvre a dit…

Alors que j'étais moi aussi non seulement dubitative, mais horrifiée par la qtée de matière générée par les capsules, Sébastien Trudel, spécialiste du développement durable nous a expliqué lors d'un cours, que cette cafetière malgré ses petits contenants, étaient encore probablement de moindre impact environnemental qu'une traditionnelle cafetière avec filtre en terme d'énergie, de fabrication et de déchets... (démonstration trop complexe pour la résumer ici). Allez savoir...effectivement une ACV (analyse de cycle de vie) permettrait de trancher de façon certaine.

Anonyme a dit…

Que se passe t'il avec l'aluminium après avoir retiré le marc. J'aimerai bien voir également une photo du traitement de "refonte" de l'aluminium et de sa réutilisation.

Et avec le café récolté, est-ce qu'il le composte?

Jolin a dit…

Une analyse pertinente à la radio de Radio-Canada par Patrick Masbourian où vous êtes d'ailleurs cité.

http://www.radio-canada.ca/emissions/lapres-midi_porte_conseil/2010-2011/chronique.asp?idChronique=131897

Enregistrer un commentaire