lundi 20 décembre 2010

Sapin en carton recyclé: Italie contre Québec | Marc Tison

L'objectif: concevoir un sapin de Noël en carton recyclé.

L'idée a jailli en Italie chez Reno de Medici, deuxième producteur européen de carton plat recyclé, qui a fusionné avec Cascades en 2008.

Il s'agissait de trouver de nouveaux produits, qui seraient distribués en ligne directement au consommateur et qui procureraient de 5 à 10% des nouvelles ventes au cours des prochaines années.

Le sapin à monter sans colle ni outil, à la conception duquel les designers de Reno de Medici se sont attaqués, serait le premier article de cette nouvelle collection Reno Carton 3D.

LE CANDIDAT QUÉBÉCOIS: Le Moderno, à la structure entrecroisée, est l'oeuvre de la firme de design graphique Paprika, de Montréal, mandatée par Cascades. Dimensions : 132 sur 74 cm Emballage: 105 sur 83 cm Prix : 40$ pour le modèle à motifs, 37$ pour les modèles vert et blanc.


Christian Dubé, vice-président du développement des affaires de Cascades et président du conseil de Reno de Medici, était alors en Italie. Il a décidé de lancer le même défi au Québec à la firme de design graphique et stratégique Paprika. «Une saine compétition», dit-il, qui s'est close par un match nul. «On a décidé de garder les deux modèles.»

L'arbre italien, appelé Classico, montre huit panneaux identiques, arborant la traditionnelle silhouette aux branches ployées en arcs. Ils rayonnent de trois disques centraux dans lesquels ils s'encastrent. D'une hauteur de 104 cm et offert en vert ou en blanc uni, ce modèle à la structure ouverte facilite le coloriage des panneaux, explique Christian Dubé.

Paprika, qui s'est lancée dans l'aventure en juillet dernier, a peut-être été plus audacieuse. Elle a proposé un très bel arbre au design contemporain, nommé Moderno, de 132 cm de hauteur. Ses panneaux aux arêtes rectilignes s'interpénètrent à angle droit pour former une structure stratifiée, propice aux effets de profondeur. Il est offert en trois versions: blanc ou vert uni et en carton brut imprimé de motifs argent et verts - rayures, rennes, étoiles, etc.

Une version de table du Moderno, le Piccolo, mesure 60 cm de hauteur.

Sur chacun des trois modèles, de petites décorations - sphères et étoiles - s'enfourchent sur les branches.

Tous trois sont vendus sur le site web de Cascades au Canada et sur celui de Reno de Medici en Italie - «L'albero di Natale 100% riciclato», annonce sa page d'ouverture. En Europe, le Moderno est offert en trois motifs légèrement différents, et peut-être plus élégants: les modèles vert et blanc sont parsemés d'étoiles et le modèle à motifs est imprimé sur carton blanc.

LE CANDIDAT ITALIEN: Le modèle Classico, formé de panneaux disposés en rayons, a été conçu par les designers de Reno de Medici, fabricant italien de carton plat, fusionné avec Cascades en 2008. Dimensions : 104 sur 71 cm Emballage: 103 sur 50 cm Prix : 33$

Sortir des sentiers de neige battus

«C'est un beau projet», dit le directeur du programme de design graphique de l'UQAM, Sylvain Allard, qui donne un cours sur l'emballage à vocation durable. «Je suis assez enthousiaste à cette idée qu'un sapin de Noël puisse être autre chose que l'arbre lui-même. Ça donne un nouveau look à Noël, ça sort des sentiers battus tout en respectant les codes.»

Ces sapins s'intégreront fort bien dans un bureau ou un appartement à la décoration épurée, mais risquent de décevoir les jeunes enfants habitués à plus d'exubérance. «À la maison, je ne pense pas que j'aurais pu faire passer au comité des enfants l'idée qu'on remplace le sapin par un arbre de carton», rigole Sylvain Allard. Mais ledit comité aurait certainement accepté le principe d'un sapin de carton d'appoint. «On ne veut pas remplacer le vrai sapin, on veut être complémentaire», confirme Christian Dubé.

Sylvain Allard s'étonne par ailleurs du prix d'un tel produit en carton. Sur le site de la Boutique Cascades, on demande 40$ pour le Moderno à motifs et 33$ pour le Classico. «Ils auraient dû le lancer à un prix plus abordable, pour le populariser, croit-il. Ils envoient le message qu'un produit écolo est plus cher.»

Ce prix de 40$, avalisé par des groupes de discussion, équivaut au prix d'un sapin naturel de 5 à 6 pieds, répond Christian Dubé. «On a été amenés à subventionner un peu nos frais de transport, qui sont très élevés au début, quand on n'a pas encore beaucoup de volume», ajoute-t-il.

Il songe déjà à réviser le prix l'an prochain, soit pour le réduire, soit pour offrir un modèle légèrement plus grand - une demande qu'ont exprimée quelques consommateurs.

Ces sapins sont suffisamment solides pour être démontés et conservés durant quelques années. Au Canada, ils sont livrés sous forme de plaques rectangulaires entaillées, dans un emballage de carton ondulé. Celui-ci convient mal au rangement après usage des pièces détachées.

Les Italiens ont choisi une autre approche: les pièces, déjà détachées, sont contenues dans des boîtes à poignées.

Pour l'an prochain, Paprika s'est déjà remise à l'ouvrage. De son côté, l'équipe italienne travaille à une version révisée du modèle québécois - un hommage au travail de leurs concurrents. Christian Dubé, qui prend bonne note de tous les commentaires, est enthousiaste: «Il va y avoir un modèle 2011, c'est sûr.»

Seul ennui, il n'y a aucune fibre - ni odeur - de sapin baumier dans le carton recyclé.

Article intégral publié par la Presse Affaires.cyberpresse.ca
Publié le 20 décembre 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire