dimanche 20 mars 2011

Pure Phentex | Nicolas Ménard



J’ai connu une femme qui me disait qu’elle pouvait juger un homme juste en regardant ses chaussures. Lorsque j’arrivais chez elle cependant, elle me faisait chausser ces affreuses pantoufles en phentex qui, à mes yeux, annulaient tous mes efforts de séduction. Qu’à cela ne tienne, celle-ci persistait à prétendre de son expertise podologique tandis que je déambulais dans son appartement chaussé de mes sabots synthétiques grotesques.

Cette douteuse habitude de la pantoufle en phentex prend ses origines dans les années soixante-dix alors qu’on découvrait cette affreuse fibre synthétique. À cette époque, on semblait user d’une créativité sans fin, mais aussi sans goût pour tapisser la maison d’objets insolites fait de Pure Phentex.

Nicolas Ménard a revisité cet objet culte et entièrement assumé des Québécois en proposant une boîte conçue pour être attachée en chaine dans le placard et un code de couleur identifiant chacune des tailles de pantoufles.

I knew a woman who said she could judge a man just by looking at his shoes. When I arrived home, however, she made me put on these hideous Phentex slippers, which in my view, nullified all my efforts of persuasion. Never mind, she persisted in her claim to podiatric expertise while I strolled into her apartment floor with those synthetic grotesque shoes.

This dubious habit of Phentex slipper has its origins in the seventies when mankind discovered this horrible synthetic fiber. At that time people seemed to use an endless and tasteless creativity to cover the house of unusual objects made of Pure Phentex.


Nicolas Ménard has revisited this cult object that is still fully assumed in Quebec. He designed a box to be attached in a chain in the closet. He also developed a color code identifying each of the sizes of slippers.

2 commentaires:

  1. J’ai connu une femme qui me disait qu’elle pouvait juger un homme juste en regardant ses chaussures. Cette douteuse habitude de la pantoufle en phentex prend ses origines dans les années soixante-dix alors qu’on découvrait cette affreuse fibre synthétique.

    RépondreSupprimer
  2. Its very difficult to avoid the issue you have raised in this blog.. thanks for sharing it..

    RépondreSupprimer