mercredi 16 novembre 2011

Prise de becs | Claudie Côté-Grenier

L’Amérique du Nord est le territoire de parmi les plus beaux oiseaux du monde. À lui seul, le Québec compte une diversité ornithologique impressionnante. Dans les villes, les moineaux et pigeons importés jadis par les Européens ont pris possession des lieux. Dans mon quartier au centre de, l’île de Montréal, on peut néanmoins encore observer des oiseaux indigènes tels que le geai bleu, le cardinal, le chardonneret et le colibri.
Claudie Grenier-Côté nous proposait l’hiver passé une série de boîtes pour nourriture d’oiseaux sauvages. Chaque oiseau a son propre mélange de graines et le bec verseur aide à vider le contenu dans des mangeoires. Le nom Prise de becs est un clin d’œil qui fait bien le lien entre les oiseaux et le contenant lui-même. Après utilisation, la boîte peut être ouverte et des formes détachables permettent de construire un oiseau en carton.
North America is the land of the most beautiful birds in the world. By itself, Quebec has impressive bird diversity. In cities, sparrows and pigeons once imported by Europeans took over the habitat. Nevertheless one can still see native birds such as blue jays, goldfinches and hummingbirds in my neighbourhood right in the middle of Montreal’s island.
Last winter in my packaging class, Claudie Grenier-Côté proposed a series of boxes for wild bird food. Each bird has its own seed mix and a pour spout helps to empty the contents into the feeders. The name “prise de becs” meaning beaks fight is a pun, which is the link between birds and the container functionality itself. After use, the box can be opened and detachable can be used to build a paper bird.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire