lundi 28 février 2011

L'Kit de survie | Stéphanie Sansregret


Est-ce qu’il y a encore des gens qui boivent du café instantané? Si l’on pose la question, c’est que ça fait trop longtemps qu’on n’est pas sortis de l’île de Montréal. En effet, dès qu’on se promène dans les régions, le café soluble en poudre devient un standard. Infecte oui, mais pratique, il faut bien l’avouer. Mélangez à l’eau chaude et le tour est joué.

Il ne manque que le lait en poudre et le sucre pour être sûr de rendre l’expérience totalement imbuvable, mais sûrement réconfortante. Voilà tout l’intérêt de ce projet développé par Stéphanie. Pourquoi ne pas offrir un service là où on en a vraiment besoin, mais où aunsune alternatine n'est disponible. C’est-à-dire en plein air par exemple. L’kit propose six dosettes de café correspondant à autant d’activités touristiques typiquement québécoises. Alors, quoi de mieux qu’un bon café instantané après une bonne pêche sur la glace? Un vrai café peut-être?

Are there still people who drink instant coffee? If one asks, he's been too long without going out of the island of Montreal. Indeed, when one travels in the regions, instant coffee powder becomes quickly a standard. Disgusting yes, but practical, I must admit. Mix with warm water and voila.

In a lack of milk there is always the milk powder and sugar to assure the experience to be totally undrinkable, but certainly comforting. That's the whole point of this project developed by Stephanie. Why not offer a service where you really need it and where no options are available? "L'kit" contains six coffee portions corresponding to six typical tourist activities in Quebec. So what better than a good instant coffee after a good ice fishing? A real coffee maybe ?


vendredi 25 février 2011

En bon maudit ! | Fanny Roy

Dire que les choses vont mal dans notre pays serait un euphémisme. Que ce soit avec notre gouvernement fédéral évangélique, notre gouvernement qui baigne dans des allusions de corruption , de scandales et de mauvaise décision et finalement notre gouvernement municipal qui nous enfonce dans les profondeurs de la bêtise humaine à ce jour inexplorée, il est difficile de ne pas être cynique voir complètement déprimé. En fait, le seul moyen de survie ces temps-ci est sûrement de devenir un imbécile heureux en se coupant volontairement de toute forme d’information.

C’est cet état de déprime généralisée qu’exploite mon étudiante Fanny Roy dans mon cours d’emballage. Chargée de développer un produit national, Fanny a pensé au désormais célèbre Wippet (invention québécoise). Pour l’actualiser, on nous propose de les imprimer avec les scandales que nous connaissons bien, les irritants, bref tout ce qui va mal. C’est un sujet inépuisable et donc, un marché immense.

En fait, c’est un nouveau rituel qu’on nous propose. On choisit en effet le sujet de prédilection et on lui balance un coup de poing bien senti. Une fois bien défoulé, on savoure ce plaisir de guimauve chocolaté. Ce qui est chouette, c’est que nos gouvernements de ploucs travaillent sans relâche à trouver de nouveaux thèmes pour nos biscuits.

Saying that things are going wrong in our country would be an understatement. Whether with our Gospel federal government, our provincial government steeped in allusions of corruption and scandals, and ultimately our city government, which pushes the limits of so far, unexplored levels of human stupidity, it is difficult not to be completely depressed and cynical. In fact, the only way to survive these days is surely to become a happy fool whom voluntarily is cutting all forms of information.

This state of generalized depression inspired my student Fanny Roy in my packaging course. Charged with developing a national product, Fanny thought the now famous Whippet biscuit (a Quebec invention). To update it, she proposes to print them with the scandals that we know well, irritants, and anything that goes wrong. It is an inexhaustible subject, and therefore a huge market.

In fact, it's a new ritual that is being proposed. The client chooses in fact the favorite subject and swings a punch from the heart. Once well off steam, he savors the pleasure of chocolate marshmallow. What is nice is that our governments are working tirelessly to find new themes to our cookies.

mercredi 23 février 2011

Hibernalis | Stéphanie Malak

Hibernalis, c’est un concept de vin de glace, typiquement canadien qui allie l’élégance et la pureté. La froideur du verre dépoli de la bouteille contraste avec la douceur de l’emballage fait de pâte de papier brut. C’est un concept séduisant de Stéphanie Malak dans mon cours d’emballage.

Hibernalis is a concept of icewine typically Canadian that combines elegance and purity. The cold frosted glass bottle contrasts with the softness of the packaging is raw paper pulp. It is an attractive concept Stéphanie Malak in my packaging course.

lundi 21 février 2011

Nos desserts d'antan | Serge Rhéaume

Dans un effort de proposer un produit typiquement national, Serge Rhéaume de mon cours d’emballage, nous propose trois friandises inspirées des desserts d’antan soit ; les pets de sœur, le pouding chômeur et les grands-pères dans le sirop. Les illustrations nous font sourire et apprécier l’humour de nos ancêtres. La forme particulière des boîtes réfère aux friandises en papillote.


In an effort to offer a product typically national, Serge Rheaume my packaging course has conceived three treats inspired desserts of Quebec’s history: «the nun’s fart, the unemployed pudding and the grandfathers in the syrup». The pictures make us smile and appreciate the humour of our ancestors. The particular form of boxes refers to paper wrapped candy.

mardi 15 février 2011

ATAKA | Luis Trépanier

Récemment, j'ai demandé à mes étudiants de penser à un produit national. Quel serait un produit national pour le Québec ou le Canada aujourd'hui? Bien sûr, nous pensons aux produits de l'érable, mais quoi d'autre? Luis Trépanier a choisi de travailler sur la canneberge, car elle est une baie sauvage typique au Québec. Le gros de notre production est transformé en jus, en sauce et en canneberges séchées et sucrées. Nous exportons environ 95% de la production totale, ce qui signifie que nos canneberges sont consommées partout dans le monde. Le Québec occupe la 
première position au Canada et la troisième place dans le monde entier sur le marché de canneberges séchées.

Luis a donc décidé de développer des biscuits sablés aux canneberges et aux amandes. Il les a conçus, produits et emballés. C’est une approche transversale caractéristique à mon cours d’emballage où je favorise une recherche qui transcende le loin la simple problématique graphique. Tout est évalué, du conditionnement du produit, au graphisme en passant par la fonctionnalité de l’emballage.

Au Québec ces petits fruits sont aussi appelés Ataca. Ce nom a été emprunté à la langue iroquoienne. C’est en hommage à la nation iroquoise et à sa contribution à la gastronomie que le graphisme exprime. Le motif est inspiré par les motifs amérindiens typiques et la couleur rouge désigne le fruit lui-même, mais aussi réfère au drapeau canadien.



Cet emballage a été conçu pour être utilisé à son plein potentiel: une fois la bande détachée, les deux côtés de la boîte deviennent des bols pour servir ce délice sucré. J'aime beaucoup la simplicité et l'élégance de ce projet qui fait clairement référence à l'histoire, mais sans tomber dans la nostalgie.
Recently, I asked my student to think of a national product. What would be a Quebec or Canada national product today? Of course, we think of maple products, but what else? Luis Trepanier chose to work with cranberry because it is a very important wild berry, from our territory, here in Quebec. Most of our production is processed into juice, sauce, and sweetened dried cranberries. We export around 95% of total production, which means our cranberries go all around the World. Quebec occupies the first position in Canada and the third place worldwide in the dried cranberry market.

That is why he decided to develop cranberries and almonds shortbread cookies. Yes, that’s what this course is about packaging, but also thinking of the product itself.

In Quebec those little fruits are also called ataca. That name borrowed from the Iroquois language. Iroquois as a tribute to of the Native contribution to gastronomy. The visual of the package is also inspired by typical native pattern and the red color refers to the fruit itself but also to the Canadian flag.

This package was designed to be used to its full potential: once the strip torn out, the two containers become bowls to serve this sweet delicacy. I really like the simplicity and elegance of this project that makes a clear reference to history still not being nostalgic.

vendredi 11 février 2011

Scratch | Jeremy Innes-Hopkins

«Voici un design d'emballage pour une entreprise alimentaire londonienne en démarrage. Après avoir développé un concept de trousse repas frais, une boîte devait être conçue avec tous les ingrédients + instructions pour préparer le repas et qui transmettre ce concept et la marque aux nouveaux consommateurs.L’emballage dispose d'un plateau transparent à base de PET recyclé qui permet aux consommateurs de voir les ingrédients frais à l'intérieur. Il dispose également d'une bande de papier kraft entourant la boîte avec la description des repas, l’image de marque claire et les instructions de cuisson sur l'endos».

"Packaging design for start up london based food business Scratch Meals. After developing a new concept of a fresh meals kit, one box with all the ingredients + instructions to cook a meal, scratch needed some packaging that would convey this concept and the brand to new consumers.

Packaging features a transparent tray made from RPET which lets consumers see the fresh ingredients within, also features a kraft sleeve surrounding the box with meal description, clear brand identity and cooking instructions on the reverse"

jeudi 10 février 2011

Goût de schiste | Valérie L'italien


La filière des gaz de schiste est certainement le sujet qui a fait le plus couler d’encre dans les médias depuis quelques mois au Québec.

Pour simplifier le débat pour nos lecteurs étrangers, disons simplement qu’après avoir promis aux compagnies gazières mer et monde, notre bon gouvernement se retrouve dans l’embarras devant la réaction négative des Québécois. Ceux-ci craignent les conséquences environnementales dramatiques observées dans certains états américains où des nappes phréatiques complètes ont été contaminées par l’exploitation du gaz de schiste. Des images de robinets qui s’enflamment ont été présentées dans les médias et même si l’industrie a fait appel au bon Lucien Bouchard* pour qu’il s’attaque cette fois à la difficile tâche de nous convaincre que l’économie passe avant l’écologie et la santé, nous demeurons septiques.
*Homme politique qui a inventé la lucidité et la désormais historique crise de la santé en 1999.

Qu’à cela ne tienne, nous devons aller de l’avant affirme notre impatiente ministre Nathalie Normandeau martelant du coup qu’il faut créer de la richesse. Tout ça sans vraiment nous expliquer en quoi cette richesse nous reviendra puisqu’à l’instar de toutes nos ressources naturelles, les redevances demeurent plus souvent une vision de l’esprit qu’une réalité comptable au Québec. En effet, au pays du «Je me souviens», on ne se gêne pas pour carrément donner nos ressources pour obtenir quelques jobs temporaires. Nathalie semble convaincue que la vérité échappe au bon peuple et qu’envers et contre tous, elle a le mandat d’aller de l’avant.

Dans mon cours d’emballage, nous croyons que nous avons la vraie solution pour augmenter la richesse collective. Puisque le gaz de schiste risque fort de contaminer notre nappe phréatique, pourquoi résister à la tentation d’exploiter le filon? En effet, ce qui peut paraître comme une catastrophe pourrait devenir une véritable richesse. J’ai nommé l’eau gazéifiée au gaz de schiste conçue par mon étudiante Valérie L’italien dans mon cours d’emballage. Après les Perrier et les Sanpellegrino, nous aurions le Goût de schiste québécois. Cette eau gazeuse particulière serait disponible en plusieurs saveurs et viendrait avec une allumette pour flamber les excédents de gaz et savourer ensuite cet élixir Libéral par excellence. Longue vie à Lucien, à Nathalie et au gaz de schiste de chez nous!

The shale gas file is certainly a subject that has been in the media for several months in Quebec.

To simplify matters for our foreign readers, let's just say that after having promised the moon to oil and gas companies, our good government finds itself in trouble because of the negative reaction of Quebecers who fear the environmental consequences of shale gas. In fact, dramatic stories have been reported in some American states where groundwater got contaminated with the gas shale. Pictures of taps that ignite were shown in the media and even if the industry uses good old Lucien Bouchard (who invented the lucidity and the now historic health crisis in 1999) to attack this time the difficult task of convincing us that the economy comes before the ecology and health.


Never mind, we must move forward announced Minister Nathalie Normandeau hammering that shale gas must create wealth. She never explains how this wealth will eventually come back to us though. In fact, like all our natural resources, profits seam more a vision of the mind than a reality. But Nathalie seems convinced that people just don’t get it and that against all odds, her government has the mandate to go forward.

In my packaging class, we believe we have the real solution to increase the collective wealth. Because shale gas is likely to contaminate our groundwater, why resist the temptation to exploit the bonanza? Indeed, what may seem like a catastrophe could become a true treasure. I named the shale gas carbonated water developed by my student Valerie Italian. After Perrier and Sanpellegrino, we would have the Good Taste of Quebec Shale. This particular carbonated water would be available in several flavors and come with a match to burn the excess gas and then enjoy the ultimate Liberal elixir. Long life to Lucien, to Nathalie and to Good Taste of Shale!

mercredi 9 février 2011

L'effet minimaliste | Antrepo


Antrepo est un bureau d'études multi-disciplinaires. Il tire sa force des membres de design passionnant et passionné qui contribuent activement à la base de la conception. L'équipe Antrepo est formée pour créer des concepts uniques par des gens de vision.

Ce projet est seulement un exercice de conception pour présenter des emballages internationaux dans une apparence minimaliste. Il s'agit d'un travail sur les éléments graphiques inutiles utilisés communément sur les marques mondiales. Les deuxièmes et les troisièmes variations ne sont pas de véritables propositions d’emballages! Mais elles portent à réfléchir.

Antrepo is a multi-disciplinary design consultancy. It derives its power from exciting and passionate design members who are actively contributing to the core of design. The Antrepo team formed to create unique design ideas for forward-looking peoples.
This project is only a design practice for showing minimal feeling of some international samples. It is an article about unnecessary items on the global brands, any of them, second or third variations are not new packaging proposals!


dimanche 6 février 2011

Petite Mort | Marc Atlan


La fragrance a été produite dans une édition très limitée de seulement 100 bouteilles et 15 épreuves d'artiste, chacune avec son certificat numéroté et signé d'authenticité propre. La bouteille est un archétype du flacon avec une touche peu orthodoxe. Un cube aux proportions classiques, son cou est attachée avec une bande noire. Le bouchon est orné d'une plaque de métal coulé et poli, gravée avec le numéro d'édition de chaque bouteille. La bouteille en verre est faite par la Verrerie Pochet, un des plus anciens verriers de luxe à la française, fondée en 1623.

The fragrance has been produced in an extremely limited edition of only 100 bottles and 15 Artist Proofs, each with its own signed and numbered certificate of authenticity. The bottle is an archetypal flask with an unorthodox twist. A cube of classic proportions, its neck is tied with a black band. deceptively simple fabric pouch holds and protects the perfume. The glass bottle is made by Verreries Pochet, one of the oldest French luxury glassmakers, founded in 1623.

jeudi 3 février 2011

Jawbone | éco-emballage?


Voici un bel exemple d’emballage où la forme et la fonction se combinent dans une expérience sympathique de découverte du produit. Lorsqu’on ouvre la boîte, un mécanisme amusant dévoile l’équipement électronique. Le choix de papier et le graphisme contribuent à séduire l’usager, mais même si beaucoup de recherches ont été investies pour en faire un écoemballage, on a sûrement oublié que la seule valeur sûre en écoconception est sans contredit la réduction. Dans ce sens, ça demeure un excès de matière flagrant. Comme quoi, ce n’est pas parce qu’un emballage est recyclable qu’il est nécessairement aussi responsable qu’il le prétend.


Here is an example of packaging where form and function come together in a friendly experience of unwrapping a technological product. When opening the box, a mechanism reveals the electronic equipment. The choice of paper and graphics help to attract users but although much research has been invested to make it an eco-packaging, some might have probably forgotten that the only sure bet in eco-design is unquestionably the reduction. In this sense, it remains an obvious excess of material. Like I always say, just because the packaging is recyclable if it is necessarily as sustainable as it claims to be.