dimanche 22 avril 2012

Ne touchez pas à la planète de Félix

Le printemps est chaud au Québec cette année et l’été semble l’avoir bousculé pour rapidement prendre sa place à la suite de l’hiver. Métaphore ou coïncidence, c’est aussi un réchauffement des esprits et on ne compte plus les causes qui font descendre les citoyens dans la rue. À voir tout ça, on a l’impression que la déconnexion des élites politiques face aux citoyens au Québec et au Canada semble atteindre des sommets. La grève étudiante contre la hausse des frais de scolarité est un bel exemple de cette divergence fondamentale entre les élus et la société civile.

Cette année, toute cette agitation se déroule simultanément avec cette journée précieuse, la seule, où nous prenons un moment d’arrêt pour réfléchir à cet unique espace de vie qu’est notre planète et surtout à comment l’inconscience de nos actions sera un héritage toxique pour les générations futures.

Une grande marche était organisée é Montréal aujourd'hui le 22 avril, pour célébrer notre planète. Mais qu’allions-nous faire de cette journée? Serait-elle récupérée par tous ces groupes d’intérêt qui semblent ne jamais rater une occasion pour faire avancer leur cause? En écoutant les médias dernièrement, je réalisais que la récupération par le «tout est dans tout» au Québec avait déjà commencé à diluer le propos même de la journée de la terre.

Bien sûr qu’avec une vision quelque peu holistique, nous pouvons associer les politiques de l’un avec les problèmes environnementaux de l’autre, mais enfin... Je suis allez marcher cet après-midi avec mon fils Félix et je dois dire que, contrairement à mes craintes et malgré les fleurs de Lys, les carrés rouges et (croyez le ou non) les drapeaux des patriotes, l'approche environnementale était au centre du discours ambiant.
La journée de la terre est pour moi une journée importante et émotive. Il ne s'agit pas d'une revendication, mais plutôt d'une prise de conscience individuelle et un engagement à l’égard de la vie, face à l’horrible impact que nous (l'humanité) avons sur l’environnement et envers ce que nous voulons pour l’avenir. Cet avenir qui continuera avec ou sans nous. Bonne journée de la terre à tous et toutes !
There was an early spring in Quebec this year. Metaphor or coincidence, there is also a global warm spirit for countless causes that bring down the people in the street. It seams there is a growing disconnection between the political elites and citizens in Quebec and Canada. The students strike against rising tuition is a good example of this ideological gap between politicians and civil society.
This year, all this excitement takes place simultaneously with this precious day, the only one we have, to take a moment to celebrate earth, this unique living space we have
A grand march was organized in Montreal today April 22, to celebrate our planet. But what were we going to do that day? Will it be reclaimed by various other interest groups? Listening to the media recently, I realized that the "everything is in everything" in Quebec had already begun to dilute the very purpose of Earth Day.
Of course with a somewhat holistic thinking, one can associate policies of one with environmental problems of others, but that is not the purpose of it.... So I went to walk this afternoon with my son Felix and I must say that, contrary to my fears and despite the flowers of Lily, the red squares and (believe it or not) the flags of the patriots, the environmental approach was the main discourse.
Earth Day is an important and emotional day for me. It is not a claim, but rather a personal awareness and a commitment to life. A thought on the terrible impact that we (humanity) have on the environment and towards what we want for the future. A future that will continue with or without us. Happy Earth Day to everyone!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire