lundi 4 février 2013

Le fond du baril de sirop | everybody's a designer

Toutes mes excuses à mes lecteurs pour cette horreur.
Apologies to my readers for this horror but I have to talk about it.

J’ai souvent parlé de la fameuse boîte de sirop d’érable traditionnelle et de son graphisme typiquement québécois. Alors que certains défendent qu’on perpétue la tradition, d’autres, j’en suis, pensent que le produit de haut de gamme qu’est le sucre d’érable pourrait enfin regarder vers l’avenir et établir un nouveau dialogue avec l’usager, développer de nouveaux marchés, bref se raffiner peut-être un peu, voir entrer dans la modernité. Cela dit, je vivais assez bien avec le graphisme existant jusqu'à ce jour, me disant que certains de mes compatriotes sont peut-être un peu, beaucoup, passionnément nostalgiques de leur passé de colon qu’ils n’ont pas vraiment connu.

Mais lorsque Frédéric Metz a attiré mon attention sur cet emballage dans Le Soleil de ce matin, j’ai subi une crise de design existentielle sans précédent. Lui aussi d’ailleurs je crois. L’article de Claudette Samson (qui nous cite d'ailleurs) nous présente une chose que je n’oserais pas appeler un emballage par respect pour ma discipline. Non seulement le graphisme n’a pas évolué, mais il a empiré. C’est une espèce de caricature de l’ancienne boîte, mais sur laquelle ils ont ajouté plusieurs couches de mauvais goût avec des petites décorations, une typographie abominable, des «encadrures» de bois, des gouttes jaunes (??), etc. Et ce n’est pas le bout de l’horrible puisque la «can» a pris la forme d’un baril de bois traditionnel. Les bras me tombent et après avoir bien ris croyant qu’il s’agissait d’un canular, je constate qu’on en fait l’éloge.

«On a vu que le marché l'accepte bien» nous explique un responsable des produits acéricoles, comme si cela était une raison suffisante pour justifier une telle horreur. Au Québec cette croyance qui suggère que l’opinion de tout un chacun et surtout celle de tous les gérants d’estrade sont importantes m’est devenue insupportable.

On ne demande pas l’opinion de gens pour les interventions chirurgicales ou sur la construction des avions à réaction alors, pourquoi demander l’opinion sur le design de quelques quidams en manque d’attention. À ceux qui me diront que tous les goûts sont dans la nature, je réponds que je suis absolument d’accord et particulièrement en ce qui concerne le mauvais goût qui est endémique au Québec. Voilà justement un argument majeur pour confier le design aux spécialistes du design. Mais dans notre belle province on voit les choses autrement et on veut des choses «qui nous ressemblent»... alors si cette «can» nous ressemble... ça en dit, long... ça dit tout en fait.
En comparaison, l'ancienne boîte a l'air d'une vraie merveille.
The original looks like a nice piece of art now.

I have often spoken of the famous box of traditional maple syrup and its traditional typically Quebecois graphic. While some argue that it carries the tradition, others, including myself, believe that the product, a high quality product, could finally look to the future and establish a new dialogue with the user, develop new markets, may be refined a bit to get into modernity. That said, I still live quite well with the existing graphics, thinking that some of my compatriots may be a little, a lot, passionately nostalgic for their settlers history that they haven’t really known.

But when Frederic Metz drew my attention to this package in Le Soleil this morning, I had an unprecedented existential design crisis. Metz also from what I saw in his message. The article written by Claudette Samson presents something that I would not dare calling a packaging for respect I have for our discipline. Not only the graphics has not changed, but it got worse. It is a kind of caricature of the old box, but with several layers of bad taste added on like small decorations, abominable typography, ugly wood frames and odd yellow drops. And this is not the end of the horrible because the "can" took the shape of a traditional wooden barrel. Like if it is original… After having laughed thinking it was a hoax, I see that in fact they are seriou about it..

"We have seen that the market accepts it well," explains a senior maple products, as if that was a reason good enough to justify such a horror. In Quebec this belief suggesting that any stage manager’s opinion is welcomed has become unbearable to me.

We do not ask the opinion of people for major surgeries or jets production so why do we ask everyone’s opinion on design? To those who tell me that all tastes are in nature, I say that I agree, especially regarding the bad taste that’s endemic in Quebec. That is just the major argument for entrusting the design to designers. But in our Belle Province we see things differently and we want things "that looks like ourselves" ... so if this "can" is like us ... that says, a lot about who we are ... In fact that says it all… really.

1 commentaire: