mardi 11 février 2014

Draculail | Jimena Aragonés

S’il est un mythe fascinant et persistant ou même tendance pour utiliser ce mot que je déteste, c’est bien celui des vampires qui passe à travers le temps et qui nourrit les peurs et parfois les fantasmes de génération en génération. Dracula, le roi des vampires existe pour moi sous les traits de Christopher Lee et j’aime encore apprécier sa physionomie tellement pertinente pour le rôle.

Dans un projet où mes étudiants avaient à raconter une histoire avec l’emballage, Jimena Aragonés nous propose de revisiter le mythe avec des doses de beurre à l’ail emballées sous forme de cartouches pour vaincre le maléfique vampire. On ne s’entend pas tous à savoir si l’arme est efficace pour les loups-garous ou les vampires, mais cette approche évocatrice ne laisse personne indifférent.
Vampires are a fascinating and enduring myth through time and sometimes feeding the fears and fantasies of generations. It is even trendy these days, I hate to admit. To me, Dracula, is the vampire king especially when embodied by Christopher Lee. He was so physically perfect for the role.

In a project where my students had to tell a story with packaging, Jimena Aragonés proposes to revisit the myth with doses of garlic butter packaged in silver cartridges to defeat the evil vampires. It’s not clear whether this weapon is effective for werewolves or for vampires, but this evocative approach leaves no one indifferent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire