vendredi 26 février 2016

La légalisation et l'emballage du cannabis | UQAM

english text below
Maïs Faddoul
Lors de son élection à l’automne 2015, le Premier ministre Justin Trudeau annonçait que son gouvernement décriminaliserait le cannabis et travaillerait à en encadrer l’accès et la distribution.

À l’école de design de l’UQAM, le professeur Sylvain Allard s’intéresse à tout ce qui touche l’emballage depuis déjà plusieurs années. Du contenant à l’image de marque du produit jusqu’à la fin de vie de l’emballage, tous les aspects de cet artefact de notre société marchande sont étudiés, comparés et analysés. Lorsqu’on les observe bien, les emballages nous racontent l’histoire de notre société, de nos modes de vie, de nos habitudes, de nos valeurs, etc.
Mathieu Jeanson

Mathilde Lacoste

Noé St-Onge

Sofiane Rochefort


Sylvain Allard et Louis Gagnon, se sont intéressés à cet éventuel «nouveau» produit sur le marché qu’est le cannabis. Bien sûr, le cannabis existe depuis très longtemps, mais sa légalisation au Canada aura un énormément incidence sur son conditionnement, son mode de distribution, sa qualité et sur la perception qu’on en aura. C’est une étape majeure qui pourrait nous faire penser à la fin de la prohibition aux États-Unis dans les années 30 et à l’essor des grandes marques de bières, vins et spiritueux qui en ont découlé dans ce pays.
Jessica Bergeron

L’intérêt de proposer cette réflexion aux étudiants réside dans le fait qu’il s’agit d’un produit libre de codes graphiques associés et, à part les références visuelles rattachées au monde du reggae et d’une certaine culture underground, semble vierge et ouvert à toute forme d’expérimentation en design d’emballage et en développement de marque. Parce qu’il n’a jamais été emballé, ou commercialisé, le cannabis est un produit vierge sur un point de vue du design.
Thomas Miau

Nous n’avons approché le produit avec aucun parti pris. Nous avons analysé les arguments des différents groupes de pression en faveur et contre la légalisation du cannabis et avons pris connaissance de plusieurs statistiques.

Chaque étudiant avait d’abord à choisir une clientèle cible et à proposer un rituel de consommation. Certains ont opté pour une approche thérapeutique, voire même pharmaceutique, alors que d’autres ont assumé de façon plus ludique le cannabis en tant que psychotrope.
TyranTrieu

Plusieurs questions se posaient. Connaissant bien les dangers de la fumée sur les poumons, devait-on préserver le mode de consommation traditionnel du cannabis à fumer, ou devait-on plutôt en extraire le Tétrahydrocannabinol (THC) et le Cannabidiol (CBD) pour le proposer en liquide, en huile ou simplement en herbes à infuser ou à cuisiner ? Devait-on le proposer sous prescription pour des fins thérapeutiques ou carrément comme les vins et spiritueux?

Voici donc quelques résultats des recherches des étudiants de l’École de design de l’UQAM pour le design d’emballages du cannabis.
Alice Demé

Camille Bégin


Upon his election in autumn 2015, Prime Minister Justin Trudeau announced that his government would decriminalize cannabis and would work at regulating the access and distribution of this product.

At UQAM Design School, Professor Sylvain Allard have been interested for many years to everything related to packaging. From function to form, from branding to recycling, every aspect of this artifact of our market society are studied, compared and analyzed. When you think about it, packaging tells the story of our society, our lifestyle, our habits, and our values, etc.

Camille Ouellet-Morissette
This semester, Sylvain Allard and Louis Gagnon, got ineterested in this potential "new" product on the market that is cannabis. Of course, cannabis is still forbidden, but its legalization in Canada will have a tremendous impact on its packaging, its mode of distribution and its quality and therefore on the perception we will have of it. We could experience a major shift that could make us think of the end of Prohibition in the United States in the 30s and the developement of major brands of beers, wines and spirits that resulted in that country.

Camille Charbonneau



Éloïse Daigle


JeanPhilippe Choquette


Joanie Brisebois


The interest in this project for design students, is the fact that it is a product free from graphic codes. Except for some visual references related to the world of reggae and a certain underground culture, cannabis appears blank and available to all forms of experimentation in packaging design and branding.

William Lacharité

Because it was never packed, or marketed, cannabis is a virgin product on a design point of view. We have approached the product with no bias. We analyzed the arguments of the various pressure groups for and against the legalization of cannabis and have read many statistics. Each student had to first choose a target audience and offer a consumer ritual. Some have opted for a therapeutic approach, or even pharmaceuticals, while others have assumed more playful cannabis as a psychotropic.

Josiane Martin


Several questions arose. Knowing well the dangers of smoke on the lungs, should we preserve the traditional mode of smoking cannabis , or should we rather extract the tetrahydrocannabinol (THC) and cannabidiol (CBD) and propose in liquid, oil or just herbs to dilute or cook? Should it be sold under prescription for therapeutic use or freely like wines and spirits?

Here are some results of students' research of the UQAM School of Design for the design of packaging for cannabis.

Laurie-Jane Cloutier-Gagnon

2 commentaires:

  1. Anonyme21:26

    Correction à faire...élection à l’automne ''2015''

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour l'article !
    Une inspiration si la législation change bientôt du côté de chez nous :)

    RépondreSupprimer